Andrew Jackon, un franc-maçon inconciliable avec la FED

0_Andrew Jackson en tenue de grand Maître franc-maçon de la Grande Loge du Tennessee

C’est Andrew Jackson (1767-1845) qui est représenté à l’avers du billet de 20 dollars américains actuel. Il est le septième président des États-Unis et est élu pour deux mandats de 1829 à 1837.

Il a été le gouverneur militaire de la Floride (1821), commandant des forces américaines durant la bataille de La Nouvelle-Orléans (1815). Ses ambitions politiques combinées à une participation politique plus grande par la population amenèrent la création des partis politiques tels que nous les connaissons aujourd’hui.

Andrew Jackson était franc-maçon. Il devient membre de la loge n°1 de St. Tammany à Nashville dans le Tennessee vers 1800.

1_Andrew Jackson en tenue de grand Maître franc-maçon de la Grande Loge du Tennessee

Andrew Jackson en tenue de grand Maître franc-maçon de la Grande Loge du Tennessee.Son héritage est vu de manière contrastée aujourd’hui :

  • décrit comme un protecteur de la démocratie populaire et de la liberté individuelle;
  • mais critiqué par certains pour son soutien à la déportation des Amérindiens à l’Ouest du Mississippi et à l’esclavage.

Par ce fait, il a une réputation d’homme du peuple et de chasseur d’Indiens

Biographie d’Andrew Jackson

Rebelle aux études et joueur, il prend part à la guerre d’Indépendance dès l’âge de treize ans, aux côtés des Insurgents. Capturé et maltraité par les Anglais, il conservera toute sa vie une solide rancune à leur égard.

Rendu à la vie civile après la guerre, il entreprend des études de droit et devient avocat en Caroline du Nord. Issu d’une famille modeste, il suit des cours de bonnes manières pour se faire admettre dans la bourgeoisie. Cependant, il se bat en duel à de nombreuses reprises.

Tenu à l’écart par les notables de Washington, il se lance dans la bataille politique et se fait élire en 1797 sénateur du Tennessee.

Ses batailles :

1802 : En tant que général de la milice du Tennessee, il triomphe des Indiens Creeks et s’empare de leur territoire.

1812 : Nommé général de l’armée du Sud, il engage une guerre de guérilla contre les Tuniques rouges anglaises qui viennent de débarquer à La Nouvelle-Orléans. Avec l’aide du pirate français Jean Laffitte, il parvient à les vaincre et reconquiert La Nouvelle-Orléans… alors même que la paix vient d’être signée entre les belligérants.

1817 : Il repousse les Indiens Séminoles jusqu’en Floride, alors territoire espagnol. L’Espagne ayant vendu la Floride aux États-Unis, il devient le premier gouverneur de cet État dès 1819.

Son élection :

1829 : Après avoir échoué de peu en 1824 à l’élection présidentielle sous l’étiquette du Parti républicain démocrate, Jackson remporte l’élection suivante au terme d’une campagne ardue. Sa femme Rachel s’est vue traînée dans la boue par la presse sous l’accusation de Il devient membre de la bigamie. Très affectée, elle meurt six mois plus tard.

Accablé et déjà sexagénaire, le 4 mars, il investit en tant que septième président des États-Unis. Dans son discours inaugural, il annonce qu’il fera le nécessaire pour vider l’Est du continent des Indiens, et occuper leurs territoires.

À cause de l’hostilité des notables de son parti à son égard, ses fidèles ont changé son nom pour celui de Parti démocrate. C’est sous ce nom que le parti est aujourd’hui connu. De cette époque date aussi la représentation du parti sous l’aspect d’un âne en référence à l’entêtement du président Jackson.

2_Logo du Parti démocrate

L’Indian Removal Act

1830 : Le 28 mai, le Congrès signe l’Indian Removal Act : une loi qui ordonne la déportation des Amérindiens vivant dans les territoires compris entre les treize États fondateurs et le Mississippi, vers un territoire situé au-delà de ce fleuve.

3_Cartographie schématique de l’Indian Removal Act

Cartographie schématique de l’Indian Removal Act

Cette loi représentait une rupture dans l’attitude officiellement adoptée par les colons américains à l’égard des premiers occupants du sol.  En 1830, les cinq tribus vivant encore à l’Est du Mississippi vivaient toutes selon les principes considérés aux États-Unis comme civilisés, et étaient désignées collectivement par le nom des cinq tribus civilisées.

Parmi les cinq tribus concernées, les Cherokee et les Séminoles refusaient catégoriquement de se séparer de leurs terres. Mais cette loi ne leur laissera pas le choix. Dans les années qui suivront, l’armée américaine rassemblera des dizaines de milliers d’Amérindiens pour les conduire au-delà du fleuve, en laissant sur le chemin de nombreux cadavres. Cette déportation porte le triste nom : «La Piste des larmes».

4_Andrew Jackon, un franc-maçon inconciliable avec la FED Peinture représentant « La Piste des Larmes »

Peinture représentant « La Piste des Larmes »

Son combat contre les établissements bancaires indépendants

1832 : Andrew Jackson ne supportait pas les institutions qui tendaient à acquérir un pouvoir indépendant.

Jackson and no Bank

Slogan d’Andrew Jackson lors de sa campagne de réélection en 1832.

Fidèle à son slogan de campagne de réélection, il plaque, dès le 10 juillet, son veto à la reconduction de la banque centrale créée par Alexander Hamilton afin de pouvoir mettre un terme à la dette nationale et renforcer le pouvoir fédéral.

La même année, Jackson remboursa l’intégralité de la dette nationale.  Il fut le premier et le seul président à l’avoir accompli : c’est un exploit.

La crise est résolue en 1833 et une forte baisse des droits de douane marque la victoire de l’intérêt individuel des États sur le gouvernement fédéral.

Andrew Jackson était, en réalité, le principal opposant à une banque centrale privée à cette époque.

Contrôler notre devise, recevoir des monnaies publiques, et tenir des milliers de nos citoyens en état de dépendance… serait bien plus formidable et plus dangereux qu’un pouvoir militaire de la part de l’ennemi.

Déclaration d’Andrew Jackson lors de son veto contre les établissements bancaires privés – à Washington, le 10 juillet 1832

5_andrew-jackson-parodie_billet_vingt_dollars_dollar-americain

Jackson exiger l’abolition de ce système bancaire privé, car cela :

  • Concentre la puissance financière des nations en une seule et unique institution;
  • Expose le gouvernement à contrôler avec des intérêts étrangers contraires à ceux du peuple;
  • Aiguillonne les riches à devenir encore plus riche;
  • Exerce une influence considérable sur les membres du congrès;
  • Favorise les États du Nord par rapport à ceux du Sud;
  • Insinue un contrôle des banques par un nombre restreint de familles.

Il souhaitait créer une banque fédérale, qui dans l’intérêt du peuple, serait sous le contrôle de l’État.

1835 : Le 30 janvier, il est victime d’une tentative d’assassinat au Capitole. « Miraculeusement », les deux pistolets de l’assassin s’enrayent.

1836 : Une fois de plus son veto à la création d’une banque centrale.

Malgré le veto posé en 1836 par le président Andrew Jackson contre le renouvellement de la charte de la Second Bank of the United States, la première organisation bancaire fédérale pris corps en 1863, avec le Système bancaire national (National Banking System) et elle s’articulait non sur une banque centrale, mais sur une agence fédérale dépendante du Trésor .

La création du Système fédéral de réserve, la FED, instaure à partir de 1913 une gestion partagée du régime monétaire. Suite à l’accord avec le Trésor, en 1951, la FED conquière l’autorité d’une banque centrale pour fixer les taux d’intérêt.

Andrew Jackson – #JacksonAndNoBank

Jackson s’éteint le 8 juin 1845 à Nashville dans le Tennessee. Il aurait choisi d’inscrire l’épitaphe suivante sur sa pierre tombale, « I killed the Bank » selon certaines sources. Cependant, aucune photographie ou source fiable ne semble le prouver.

Quoi qu’il en soit, il considérait cette victoire contre le système bancaire privé comme sa plus grande réalisation. Faire figurer son portrait sur le billet de la réserve fédérale qui n’est ni  fédérale, ni une réserve est donc sarcastique.

6_andrew-jackson_tombe_president_etats-unis_franc-maconnerie_franc-macon_nashville-the-hermitage

Les informations exposées dans cet article proviennent de sources diverses. Dollar Story a mené un travail de recherche, de synthèse et de présentation dans le but de les mettre en avant.

  • HistoryQuotes : Site anglophone qui réunit quelques citations d’Andrew Jackson.
  • 24Hgold : Site anglophone qui réunit 41 faits concernant l’histoire de la réserve bancaire centrale américaine.
  • Université de Yale : Déclaration complète d’Andrew Jackson lors de son veto contre les établissements bancaires privés
Source : http://www.dollarstory.fr/billet-de-vingt-dollars-20/billet-de-20-dollars-andrew-jackson-un-franc-macon-contre-les-banques-prives/

Voir aussi :

Franc-maçonnerie aux États-Unis

8_Etats unis - Freemasonnerie Texas gate