Facebook a manipulé les informations de quelque 700.000 utilisateurs pour étudier la « contagion émotionnelle »

«Analyser votre émotion pour pouvoir savoir ce que vous aller penser dans le présent, relève de la manipulation mentale pour mieux vous ciblez à l’avenir.»

Moi, j’analyse, cherche les sources en vous les partageant – parfois elles ne sont pas sourcées et accessible sur internet : prenez en compte ce qui es dis, ce qui vous aidera a mieux comprendre dans le présent.

Avant internet il existait de multiples techniques : C’était les nazis et la CIA1 à l’aide du Mind control2 de Josef Mengele ( né le à Guntzbourg et mort le à Bertioga, est un officier allemand de la Schutzstaffel (SS), criminel de guerre qui exerça comme médecin dans le camp d’extermination d’Auschwitz durant la Seconde Guerre mondiale. Maillon actif de la Shoah, il y participa à la sélection des déportés voués à un gazage immédiat et réalisa diverses expérimentations « médicales » meurtrières sur de nombreux détenus. ) qui expérimentait sur les Humains pour savoir leur taille, leur dimension, leur émotions.

Par la suite, différentes entreprises, comme Darpa ont fait des recherches sur les émotions – interactions que peuvent avoir le cerveau humain avec un ordinateur, les collaborer pour ensuite en faire un cerveau numérique – Blue brain project ou j’en parle sur mon site.

Facebook à aussi fait des études sur l’interface cerveau ordinateur – C’est directement en rapport avec le transhumanisme  que voulais le directeur de L’unesco,julian Huxley un eugéniste en 1960 4 : comment créer un être vivant doté de capacité issus des techniques innovés dans les années précédentes par différentes recherches sur la prolongation de la vie.

Parler de manipulation et de contrôle mentale est dure a accepter pour le citoyen QUI REGARDE LA TÉLÉVISON, il faut chercher pour savoir.

Publications effectués en plusieurs points. :

  • Facebook a manipulé en secret les informations de près de 700.000 utilisateurs anglophones pour étudier « la contagion émotionnelle».
    • La Contagion émotionnelle
  • Expérimentations médicales / Josef Mengele

Facebook a manipulé en secret les informations de près de 700.000 utilisateurs anglophones pour étudier « la contagion émotionnelle ».

Une recherche publiée récemment explique comment Facebook a manipulé en secret les informations de près de 700.000 utilisateurs anglophones pour étudier « la contagion émotionnelle ».

Pendant une semaine, Facebook et des scientifiques des Universités Cornell et de Californie à San Francisco, ont modifié le contenu des informations reçues par un groupe d’utilisateurs afin d’étudier l’impact sur leurs émotions.

Les auteurs cherchaient à savoir si le nombre de messages positifs ou négatifs lus par les utilisateurs influençait la teneur de ce qu’ils postaient eux-mêmes sur le site. Ils ont constaté que les utilisateurs ciblés commençaient à utiliser davantage de mots négatifs ou positifs selon l’ampleur des contenus auxquels ils avaient été « exposés ».

« Les états émotionnels sont communicatifs et peuvent se transmettre par un phénomène de contagion, conduisant les autres personnes à ressentir les mêmes émotions sans en être conscientes », écrivent les auteurs de cette recherche.

L’étude provoque depuis un gros « buzz » sur la toile. Certains internautes expriment « leur trouble profond » et qualifient la méthode utilisée « d’alarmante » ou de « démoniaque ».

Aereo a perdu une bataille, mais pas la guerre :

C’est une belle histoire d’entreprise qui s’interrompt brutalement… mais qui reprendra peut-être un jour. Contestée par la Cour Suprême , la start-up Aereo a suspendu son service de télévision sur internet ce week-end.

L’entreprise espérait révolutionner la télévision, en offrant pour 8 dollars par mois un bouquet de chaînes. Elle ne rémunérait pas les chaînes qu’elle relayait, passant par un système d’antennes individuelles qu’elle espérait légale.

Mais la Cour suprême a jugé qu’elle violait la propriété intellectuelle des chaînes, éloignant ainsi le risque d’une remise en question de l’emprise des grands réseaux traditionnels sur le marché américain. L’entreprise ne s’avoue pas vaincue pour autant.

«  Mercredi, la Cour suprême des Etats-Unis a annulé une décision de justice en faveur d’Aereo, ce qui représente un sérieux revers pour les consommateurs », a déclaré le directeur général du groupe Chet Kanojia dans une lettre à ses clients . « Suite à cette décision, notre affaire a été renvoyée devant une instance inférieure. Nous avons décidé d’interrompre nos activités temporairement le temps de consulter le tribunal et de prévoir les prochaines étapes », a-t-il ajouté.

La pilule du lendemain devant la Cour Suprême :

La Cour suprême des États-Unis décidera aujourd’hui si un employeur peut invoquer ses croyances religieuses pour limiter l’accès de ses salariées à la pilule du lendemain. Militants féministes et anti-avortement devraient se bousculer sur les marches de la Cour, le tout dernier jour où la haute Cour siège avant trois mois de pause estivale.

La controverse porte sur quatre des vingt moyens de contraception entièrement remboursés par la loi «Obamacare» – deux pilules du lendemain et deux types de stérilet – que des entreprises refusent de prendre en charge au titre de l’assurance-maladie, au nom de leurs convictions religieuses.

La chaîne familiale de matériels d’arts créatifs, Hobby Lobby, et une petite entreprise de fabrication de placards, Conestoga, risquent une amende si la Cour suprême leur donne tort, pour leur refus de se conformer à la loi pour ces méthodes de régulation des naissances qu’elles comparent à un avortement.

Dirigée par la famille Green, la chaîne Hobby Lobby Stores, dont le siège se trouve en Oklahoma, est fermée le dimanche, jour du Seigneur, et «rend grâce à Dieu» sur son site internet pour sa réussite économique.

Elle considère que la couverture de ces quatre méthodes «viole les valeurs religieuses qu’elle tente chaque jour d’appliquer». « Si on vit dans un pays où les gens peuvent ne pas appliquer la loi parce que leur conscience est offensée, nous allons tomber dans un sacré chaos», rétorque le professeur de droit de l’université de Géorgie, Eric Segall.

La Contagion émotionnelle

La contagion émotionnelle ou contagion affective est le transfert des émotions d’une personne émettrice vers une personne réceptrice. Elle doit être distinguée de la sympathie et de l’empathie.

Différents facteurs influent sur l’intensité de celle-ci, dont principalement :

  • l’intensité avec laquelle les émotions sont exprimées ;
  • l’attention et l’importance accordés par le récepteur.

Considérons par exemple deux meilleures amies qui discutent. L’une est triste à cause d’un problème de famille. La deuxième, selon l’importance qu’elle accorde à l’émetteur, se met à sa place et donc ressent sa tristesse et sa mélancolie.

Et ce pendant une certaine durée. Certains restent dans cet état jusqu’à leur soulagement en ce qui concerne les émotions du récepteur (c’est-à-dire quand ils seront sûrs que l’émetteur n’est plus triste). C’est à ce moment-là qu’ils arrêteront de « se mettre à la place » de leur interlocuteur.

A noter que ce syndrome peut atteindre les personnes extrêmement sensibles, lesquels donnent une grande importance aux autres et à leurs sentiments.

« L’empathie semble être un concept simple – une personne sent ce qu’une autre ressent – mais plus on en apprend à ce sujet, plus cela devient complexe » (Hoffman, 1984, p. 103.)

L’assertion de Hoffman (1984) apparaît un peu plus justifiée. En effet, depuis l’apparition relativement récente (fin XIXe) de la notion d’empathie, les travaux qui lui ont été consacrés ont régulièrement signalé qu’elle pouvait avoir de nombreuses et très diverses significations. De fait, l’empathie peut encore signifier actuellement :

  • une simple contagion émotionnelle,
  • une capacité cognitive à se représenter, comprendre les émotions des autres,
  • une capacité cognitive à se représenter l’ensemble des états mentaux de l’autre,
  • une capacité à l’écoute
  • le fait de réagir à la souffrance de l’autre

Expérimentations médicale josef Mengele

Mengele utilisa Auschwitz pour poursuivre ses recherches anthropologiques et génétiques en menant des expérimentations sur les détenus sans égards pour leur vie34,36. Il était particulièrement intéressé par les vrais jumeaux et les personnes atteintes d’hétérochromie, de nanisme ou de difformités anatomiques34. Le Deutsche Forschungsgemeinschaft, un organisme de recherche allemand, lui accorda une bourse et il envoyait régulièrement des comptes-rendus et des échantillons à von Verschuer. La subvention fut utilisée pour construire un laboratoire de pathologie à proximité du crématorium II d’Auschwitz Miklós Nyiszli, un médecin hongrois de confession juive, déporté le , l’aida à réaliser des dissections et à préparer des échantillons dans le laboratoire. Les travaux de Mengele sur les jumeaux visaient à démontrer la supériorité de l’hérédité sur les facteurs environnementaux et ainsi appuyer la doctrine nazie de la supériorité de la race aryenne. Nyiszli et d’autres rapportèrent que ces études étaient peut-être également motivées par la volonté d’augmenter le taux de natalité en Allemagne en améliorant les chances d’avoir des jumeaux.

Les sujets d’étude de Mengele étaient mieux nourris et traités que les autres déportés et il créa un terrain de jeux pour les enfants auxquels il se présentait comme « oncle Mengele ». Il fut néanmoins responsable de la mort d’un nombre indéterminé de prisonniers qu’il tua par injection létale et lors de ses expérimentations. Lifton le décrit comme un personnage sadique, sans empathie et extrêmement antisémite qui considérait que les juifs devaient être systématiquement éliminés45. Son fils Rolf rapporta que son père ne témoigna jamais le moindre remords sur ses activités durant la guerre. Un ancien médecin déporté d’Auschwitz déclara : Il était capable d’être si gentil avec les enfants, de se faire aimer d’eux, de leur apporter du sucre, de se préoccuper du plus petit détail de leur vie quotidienne et de faire des choses que nous admirions sincèrement… Et ensuite, à côté de cela… les crématoires fumaient, et ces enfants, demain ou dans une demi-heure, il allait les y envoyer47.

Les expériences menées par Mengele sur les jumeaux incluaient des amputations inutiles, l’infection de l’un avec le typhus ou d’autres maladies et la transfusion sanguine entre les deux. Beaucoup de ses victimes succombèrent au cours de ces expérimentations et leurs corps étaient disséqués48. Si l’un des jumeaux mourait de maladie, Mengele tuait l’autre pour pouvoir comparer les autopsies49. Sur les personnes atteintes d’hétérochromie, il injectait des produits chimiques dans les yeux pour essayer de modifier leur couleur et après l’exécution des patients, les yeux étaient retirés et envoyés à Karin Magnussen à Berlin50. Il mena également des recherches sur des traitements expérimentaux médicamenteux ou radiologiques et envoyait les squelettes des personnes atteintes de nanisme également à Berlin51. Vera Alexander, une déportée, rapporta comment il avait opéré deux jumeaux roms pour essayer d’en faire des siamois mais les enfants moururent après plusieurs jours d’agonie48,52.

Sources :
– 1
En savoir plus sur :
http://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/0203604404855-le-buzz-des-etats-unis-les-pratiques-de-facebook-provoquent-un-tolle-1019650.php?ww7HF6JLb6L75ebZ.99#xtor=CS1-26