L’ Ahnenerbe « Société pour la recherche et l’enseignement sur l’héritage ancestral »

Pour comprendre l’avenir il faut entrevoir les événements passés.

Lisez l’ouvrage de Herman Wirth intitulé L’ascension de l’humanité ( Der Aufgang der Menschheit ) que nous partageons ici – Cet ouvrage nous fait parvenir les relations entre les gouvernements et la société Ahnenerbe.

Télécharger le PDF ici L’ Ahnenerbe et Herman Wirth – L’ascension de l’humanité (Der Aufgang der Menschheit) 1928

En Allemagne le chancelier de l’aigle royale ( voir Troisième Reich ) n’était tout autre que Hitler. Sous l’Empire allemand (1871-1919), le Chancelier impérial (Reichskanzler) était le chef du gouvernement, nommé par l’empereur et responsable uniquement devant lui. Le plus célèbre fut Otto von Bismarck de 1871 à 1890.

Tout d’abord, L’Ahnenerbe,

traduit par « Héritage ancestral » ( ou plus exactement Ahnenerbe Forschungs und Lehrgemeinschaft, c’est-à-dire « Société pour la recherche et l’enseignement sur l’héritage ancestral ») était un institut de recherches pluridisciplinaire nazi, créé par le Reichsführer-SS Heinrich Himmler, Herman Wirth et Walther Darré le 1er juillet 1935.

Intégré aux SS en janvier 1939, l’Ahnenerbe avait son siège à Munich. L’institut avait pour objet d’études « la sphère, l’esprit, les hauts faits et le patrimoine de la race indo-européenne nordique » avec comme outils la recherche archéologique, l’anthropologie raciale et l’histoire culturelle de la « race aryenne ».Son but était de prouver la validité des théories nazies sur la supériorité raciale des « Aryens ».

L’Ahnenerbe, Studiengesellschaft für Geistesurgeschichte « (Héritage des ancêtres, société pour l’étude des idées premières »), est créée par Heinrich Himmler le 1er juillet 1935, non seulement pour supplanter l’influence de Rosenberg dans les milieux culturels.

Sa présidence est d’abord confiée à un préhistorien renommé, Herman Wirth, puis, après le désaveu public infligé à celui-ci par Adolf Hitler, et la prise de distance de Himmler par rapport à ses travaux en 19363, au doyen de l’université de Munich, Walther Wüst (en), spécialiste de littérature et de religions de l’Inde, le 1er février 1937.

L’organisation, au service des idées mystiques, terme employé par les universités du régime Hitlérien, d’Himmler, comptait 137 savants et 82 techniciens (libraires, secrétaires, etc.). Wolfram Sievers, qui fut condamné à mort lors du procès des médecins de 1947, était nommé secrétaire général de l’Ahnenerbe par Himmler.

En 1937, date de la rupture entre Himmler et Darré, l’institut est réorganisé, confié dans les faits à Walter Wüst4, et octroie une large part de ses recherches aux disciplines historiques5.

Durant la période précédant immédiatement le conflit, la politique de Himmler pour cette institution s’organise dans plusieurs directions :

tout d’abord, il tente d’en faire une institution de recherche spécifiquement SS, en l’émancipant du RuSHA, en le subordonnant à son état-major personnel, puis, en 1939, en le dotant de nouveaux statuts, qui font de lui le président de l’institut.

Durant cette période, il fait de l’institut non seulement un centre de recherche mais aussi un lieu dans lequel sont centralisés l’ensemble des objets rapportés des expéditions ou des chantiers de fouilles.

Ensuite, l’institution publie, sous son impulsion, un certain nombre de revues, toutes directement contrôlées par Himmler et conçues comme scientifiques ou de vulgarisation destinée à propager les idéaux SS, « validés » par l’institut.

Enfin, l’institut tente de s’étendre dans le monde universitaire, en proposant, avec succès dans de nombreux cas, aux enseignants et aux chercheurs des postes de directeurs de départements, couplés à des grades dans la SS7.

Herman Wirth ( 6 mai Utrecht 1885-16 février 1981 Kusel ), archéologue et anthropologue allemand d’origine hollandaise.

L’ascension de l’humanité (Der Aufgang der Menschheit), 1928

Ouvrage majeur de Wirth, Der Aufgang der Menschheit se déploie à partir d’une volonté de reconnaître le divin dans le monde et de dépasser l’autorité de type augustinien, reposant sur la révélation d’un Dieu extérieur aux hommes. Wirth entend poursuivre le travail amorcé par la Réforme, pour qui l’homme a le droit de connaître les vérités éternelles car Dieu l’a voulu ainsi. Wirth procède à une typologie racisée/localisée des religiosités : celles qui acceptent la révélation sont méridionales et orientales ; celles qui favorisent le déploiement à l’infini de la connaissance sont « nordiques ».



Quand les hommes cesseront de se mentir , ils cesseront de mentir aux autres. Ce sera le commencement de la véritable humanité.C’est ce que nous défendons.

Partagez les articles sur vos réseaux sociaux en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Paix et sincérité à tous !

Eveil-delaconscience