La Basilique de Fourvière !

Dans la tradition ésotériste, Lyon est  considérée comme une des capitales européennes.Il ne devait pas être difficile de trouver des pratiquants de la magie noire se réclamant du satanisme…..

Dans cette Article nous allons aborder plusieurs points ,

1 – La basilique de Notre-Dame de Fourvière :

2 – Chapelle Saint-Thomas (Lyon) :

3 – Les Fresques inclus dans la chapelle :

4 – La tradition des illuminations du 8 décembre :

5 – Galerie ( Photos ) :

1 – La basilique de Notre-Dame de Fourvière :

domine la ville de Lyon depuis le sommet de la colline de Fourvière, sur l’emplacement de l’ancien Forum de Trajan (Forum vetus, d’où le nom de Fourvière). Son architecture de style néo-byzantin ou romano-byzantin ( néo-gothique ) est l’œuvre de Pierre Bossan.

Constituant un des repères les plus visibles de l’agglomération au même titre que la tour Part-Dieu, la Basilique Notre-Dame de Fourvière est un des symboles de la ville de Lyon. Elle donne à Lyon son statut de ville mariale.

En 1168, une chapelle fut construite à Fourvière par Olivier de Chavannes, chanoine de Saint-Jean, sur les ruines du forum romain. La petite chapelle, dédiée tout d’abord à saint Thomas puis à la Vierge, a connu des destructions et des reconstructions.

Les pèlerins venant de plus en plus nombreux à Fourvière, le projet d’agrandissement du sanctuaire prend corps. Pour acheter les terrains nécessaires, le cardinal de Bonald crée le 7 mars 1853 la Commission de Fourvière. Cependant, ce n’est qu’en 1866 que la Commission et les autorités ecclésiastiques s’accordent sur un projet non pas d’agrandissement, mais de construction, d’une nouvelle église. Les plans existent dans les cartons de Pierre Bossan, architecte diocésain qui succède à Duboys.

Vue de la Saône

Cependant, le 19 juillet 1870, la guerre éclate entre la France et la Prusse. Les Lyonnais, inquiets, demandent à Monseigneur Ginoulhiac d’exprimer un vœu à Notre-Dame de Fourvière pour éviter l’occupation de la ville. Si ce vœu est exaucé, ils s’engagent à construire à Fourvière une église dédiée à la Vierge. L’archevêque formule solennellement ce vœu le 8 octobre 1870. Lyon est épargnée.

La première pierre est donc posée le 7 décembre 1872 et la dernière, le 2 juin 1884. La construction est poursuivie par l’architecte Sainte-Marie Perrin, après la maladie de Bossan. Il fallut donc douze ans pour réaliser le gros œuvre de la basilique. Cependant, il faudra attendre 1964 pour que l’intérieur de la basilique soit achevé, avec ses mosaïques, ses sculptures et ses vitraux. En 1897, la nouvelle église est érigée en basilique par un bref du Pape Léon XIII.

Le site accueille depuis 1982 les antennes de Radio Fourvière, devenue depuis RCF Lyon.

La basilique appartient au périmètre du Vieux Lyon inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 19981.

Depuis 2008 et jusqu’en 2012, des travaux de restauration sont en cours pour conserver ce patrimoine, premier site touristique de Rhône-Alpes.

Réutilisation :

La basilique a servi de modèle pour l’Église Notre-Dame des Victoires, située dans le quartier français de San Francisco, reconstruite en 1908 après le grand tremblement de terre de San Francisco.

2- Chapelle Saint-Thomas (Lyon) :

Première chapelle

Une première chapelle est consacrée à Thomas Becket en 1192 par l’archevêque Jean Belles-mains, lui-même anglais, en 1192.

Le vœu d’Anne d’Autriche :

En 1630, Anne d’Autriche, reine de France, épouse de Louis XIII, monta à Fourvière pour prier Notre Dame, lui demandant de donner enfin un héritier au trône. Huit ans plus tard, en février 1638, le roi Louis XIII consacra le royaume de France à la Vierge. Louis XIV naquit le 5 septembre 1638.

Le vœu des Échevins :

Des épidémies de peste se déclaraient périodiquement dans la ville (8 en 70 ans) et décimaient la population. Le 8 septembre 1643, le prévôt des marchands ainsi que ses échevins décidèrent de mettre la population sous la protection de Notre-Dame de Fourvière. Ils offrirent durant l’office un cierge de sept livres et un écu d’or et promirent de renouveler cette cérémonie si la peste cessait. Vingt jours après, l’épidémie était terminée et Lyon ne connut plus jamais d’épisode de peste. Ce pèlerinage a toujours lieu le 8 septembre à Fourvière.

Le vœu des échevins a permis de doter l’ancienne chapelle d’un vitrail de Lucien Bégule en 1882.

3 – Les Fresques inclus dans la chapelle :

Lyon dont ses monuments sont ésotérique..Le Saviez vous ?

( Quelques photos ci dessous vous prouveront les codes cacher dans la fresques , statues etc..)

L’ésotérisme (du grec ancien esôteros, « intérieur ») est l’enseignement de doctrines secrètes réservées à des initiés.

Ce terme, dont le sens diffère de façon notable selon les époques et les auteurs, est parfois utilisé dans la culture populaire pour parler de courants de pensée marginaux à composante secrète ou étrange (sociétés secrètes, occultisme, paranormal, etc.)

Exemple d’une Fresque Ésotérique  ( avec le sceau des illuminati ; œil de providence)

L’Œil de la Providence ou l’« œil omniscient » (all-seeing eye) est un symbole montrant un œil entouré par des rayons de lumière et habituellement dans la forme d’un triangle. Il est généralement interprété comme la représentation de l’œil de Dieu exerçant sa surveillance sur l’Humanité.

Sous sa forme courante, ce symbole est apparu la première fois pendant les XVIIe siècle et XVIIIe siècle, mais des représentations d’un œil omniscient peuvent être trouvées dans la mythologie égyptienne et l’œil Oudjat. Les descriptions de l’œil de la Providence le montrent parfois entouré par des nuages. Plus tard, l’addition d’un triangle l’entourant est habituellement vue comme une référence à la trinité et donc explicitement au dieu chrétien.

États-Unis d’Amérique

Ce symbole est présent sur le Grand sceau des États-Unis d’Amérique.

France :

L’œil de la providence au dessus de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

On retrouve l’œil de la providence dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789.

Franc-maçonnerie

4 – La tradition des illuminations du 8 décembre :

En 1851 devant la vétusté du clocher, le cardinal de Bonald autorisa son remplacement par un nouveau clocher qui serait surmonté d’une statue monumentale en bronze doré. La construction du clocher fut confiée à Duboys, architecte diocésain et la réalisation de la statue à Joseph-Hugues Fabisch qui sculpta plus tard la Vierge de Lourdes.

L’inauguration devait avoir lieu le 8 septembre 1852, fête de la Nativité de la Vierge, mais fut reportée au 8 décembre, fête de l’Immaculée Conception, par suite de l’inondation des ateliers où était fondue la statue, et la date fut donc choisie aussi par piété mariale. Ce 8 décembre, un orage empêcha l’illumination du nouveau clocher. À la faveur d’une accalmie, les Lyonnais illuminèrent leurs fenêtres en l’honneur de la Vierge Marie. Ce fut le début de la tradition des illuminations du 8 décembre à Lyon, en l’honneur de la Vierge.

Galerie ( Photos ) :

Intérieur de la nef centrale