Intégrer des éléments mécaniques dans le corps humain, c’est possible ? La biomécatronique !

 

Au fil du temps, les sociétés mystique comme Hitler et L’ahnenerbe, L’institut Tavistoks en 1945, les divers complexes militaro-industriel, comme Darpa inc Lockheed Martin LUS NAVY ou bien la CIA, ont fait des recherches sur la relation que peut avoir un être humain sur les drogues, les machines ( Relation Corps – Esprit – Matériel ), la Robotique dont l’intelligence artificielle (IA). Ses recherches ont désormais permis au entreprises de comprendre le cerveau humain – L’interface Cerveau ordinateur : « L’interaction que peut avoir un cerveau avec une interface artificiel ( comme un ordinateur, un objet connecté ) qui aura la capacité de vous aider dans vos taches du quotidien.»

Vous y trouverez diverses références dans les magazines ou publications.

  1. La biomécatronique (Biologie + Robotique) Science interdisciplinaire ayant pour objectif d’intégrer des éléments mécaniques dans le corps humain.
  2. La biomécatronique ensemble de mots ( néologisme ) qui regroupe diverses avancées technologiques dans le domaine de la bionique – Robotique. Un ensemble d’idées militaires, de construction fantastique qui provient directement de romans et/ou idéologie diverses.

Intégrer des éléments mécaniques dans le corps humain, c’est possible ?

En médecine, on peu le constater sur les patients qui ont recourent aux implantions de cœur artificielle, par exemple. Mais, ceci ne prouve en rien les effets qui en résulteront – ce sont souvent des produits industriels qui sont fabriquées à base de PLA ( plastique ) dans un corps vivant.

Au sujet des Handicapées :

On ne peut pas en vouloir a des personnes accidentées, des personnes à qui il leur manque un bras ou une jambe. Les avancées technologique nous prouve juste que l’on peut désormais aider ses handicapées, à l’aide de la Bionique – Donner vie à un membre à l’aide de pulsation électronique – la biologie et l’électronique.

Au sujet des appareils connectées :

C’est un ensemble qui regroupe la robotique – la bionique / les militaires blessées lors de guerres – La biomécatronique.

Ceci peut être bénéfique quand on connaît les effets que les ondes peuvent avoir sur le corps humain – si ce n’est pas le cas, vous êtes une machine qui interagit directement avec les ondes ( celles qui proviennent des appareils électroniques). N’oublions pas : dans les années précédentes, en médecine par exemple, les patients n’avaient pas le choix, on leur imputait le pied, le bras et, ceci ne dérangeait personne. Il faisait comme il pouvait et vivait très bien !

Regardez

Voir l’interface neuronale pour davantage d’informations :

  • http://www.eveil-delaconscience.com/explication-controle-comportement-ondes-electromagnetique-livre-bleu-n2
  • http://www.eveil-delaconscience.com/facebook-travaille-sur-la-telepathie-entre-les-ordinateurs-et-les-hommes
  • http://www.eveil-delaconscience.com/neuralink-le-projet-delon-musk-pour-augmenter-nos-cerveaux

Intégrer des éléments mécaniques dans le corps humain, c’est dangeureux ?

L’intégration, sous-tend qu’il faut intégrer un objet ( méconnu par le mécanisme humain, dans un corps biologique ) qui nécessite souvent des techniques de chirurgie implantatoire :

La biomécatronique

est une science appliquée interdisciplinaire associant les recherches fondamentales en biomécanique aux techniques médicales et robotiques, et ayant pour objectif d’intégrer des éléments mécaniques dans le corps humain – il ne faut pas la confondre avec le Transhumanisme.

Cette intégration (qui nécessitera souvent des techniques de chirurgie implantatoire) s’opère autant dans le but :

  • de le corriger ou le réparer en cas d’organe défaillant ou peu efficace : technique « orthotique » souvent associée à la chirurgie réparatrice, et utilisant des prothèses implantées ou externes pouvant être :
  • soit mécaniques et couramment employées en chirurgie orthopédique (réparation des fractures, atèles d’allongement de membres, …), chirurgie esthétique (prothèses de sein, prothèses péniennes), orthodontie (prothèses dentaires) voire aussi en orthoptie (lentilles permanentes, technique délaissée au profit d’autres techniques ophtalmologiques chirurgicales),
  • soit électromécaniques tels en cardiologie les classiques pacemakers artificiels ou en orthootie les prothèses auditives modernes ;
  • de remplacer complètement un organe totalement inopérant : technique « prosthétique » qui peut se substituer temporairement ou à long terme à la greffe d’un véritable organe, utilisant des prothèses implantées, pouvant être :
    • soit mécaniques et passives telles les prothèses de hanche ou de membres en orthopédie, ou en cardiologie les aortes artificielles et autres gros vaisseaux sanguins artificiels,
    • soit électromécaniques et actives tels les cœurs artificiels, les reins artificiels implantés, et les injecteurs programmables de médicaments ou produits organiques (par exemple comme technique de traitement du diabète insulino-dépendant) ;
  • que pour en améliorer les capacités (usages surtout militaires pour le moment, normalement par des techniques orthotiques à l’aide de prothèses implantées ou externes).

On peut résumer la biomécatronique comme étant la science des « cyborgs dans la vraie vie ».

Par contre, de sérieuses avancées aujourd’hui conduisent au développement de prothèses externes ne nécessitant pas d’implantation chirurgicale et facilement réparable ou remplaçable, techniques normalement associées à la rééducation fonctionnelle, par exemple :

  • les exosquelettes artificiels (par exemple pour le traitement et l’assistance à la marche des patients atteint de la maladie des os fragiles), plus perfectionnés et fonctionnels que les anciennes atèles (qui en fait empêchaient davantage les mouvements), des développements sont en cours pour les réalisations d’exosquelettes motorisés ;
  • les muscles artificiels (pour l’assistance des malades atteints de myopathies fonctionnelles, ou de patients dont certains muscles indispensables au mouvement ont été amputés et pas complètement remplacés par des autogreffes de muscles provenant d’autres parties du corps) ;
  • les robots commandés par les muscles (surtout en orthopédie, après amputation partielle voire totale d’un membre)

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Biom%C3%A9catronique

https://www.youtube.com/watch?v=i0uwh7eIlCs&t=2619s

Partagez ce savoir en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Paix et sincérité à tous !

Eveil-delaconscience