La Grande-Bretagne pourrait approuver dès l’année prochaine la loi sur la légalisation des enfants génétiquement modifiés.

Certaines entreprises vous pousseront toujours à consommer, faire des choses que vous n’auriez jamais songé. On ne le voie pas, mais tous les jours on sacrifie des enfants.

→ Avortement ( L’avortement se définit comme l’interruption avant son terme du processus de gestation,

→ Eugénisme ( L’eugénisme peut être défini comme l’ensemble des méthodes et pratiques visant à intervenir sur le patrimoine génétique de l’espèce humaine, dans le but de le faire tendre vers un idéal déterminé )

→ Pilule contraceptif ( La pilule est moyen de contraception le plus utilisé en France. Plus de 41% des Françaises utilisent aujourd’hui cette méthode contraceptive hormonale qui modifie leurs taux d’hormones, empêchant ainsi la libération d’ovules par les ovaires.)

Sélection ( La sélection consiste à retenir un certain nombre d’ « objets » parmi un ensemble d’autres de natures identiques ou différentes. Elle s’opère d’après un ensemble des critères objectifs ou subjectifs. Souvent, plusieurs sélections sont possibles, ce qui conduit à opérer des choix. Elle peut être le fruit d’une réflexion personnelle ou collective. ) etc..

 

Article effectuer en 4 points :

1 – Grande-Bretagne : les enfants génétiquement modifiés bientôt autorisés

2 – Les Organisme génétiquement modifié

3 – Le Génie génétique

4 – Réduire une population non souhaitée.

1 – Grande-Bretagne : les enfants génétiquement modifiés bientôt autorisés :

Le parlement de la Grande-Bretagne pourrait approuver dès l’année prochaine la loi sur la légalisation des enfants génétiquement modifiés. L’adoption de cette loi pourrait autoriser la naissance des bébés qui seront protégés de nombreuses maladies génétiques.

Certaines de ces maladies peuvent tuer un enfant en quelques heures, d’autres le rendre handicapé à vie. La technologie prévoit qu’un enfant doit être né de deux mères et d’un père biologique.

Au cours des 3 dernières années déjà, une trentaine d’enfants génétiquement modifiés sont nés aux Etats-Unis. Cela a provoqué un furieux débat sur des questions éthiques. Les bébés ont été testés et ils contiennent bien des gènes à partir de trois des parents.

Quinze des enfants sont nés au cours des trois dernières années à la suite d’un programme expérimental de l’Institut de médecine de Reproduction et des Sciences de St Barnabas dans le New Jersey.

2_Grande-Bretagne - les enfants génétiquement modifiés bientôt autorisés

Les bébés sont nés de femmes qui ont eu des difficultés à procréer. Les gènes supplémentaires proviennent d’un donneur femelle qui ont été insérés dans leurs œufs avant qu’ils ne soient fécondés, afin qu’elles puissent concevoir un enfant.

Des tests d’empreintes génétiques sur deux enfants âgés d’un an confirment qu’ils ont hérité de l’ADN des trois adultes – deux femmes et un homme.

Le fait que les enfants ont hérité des gènes supplémentaires et les ont incorporé dans leur «lignée germinale» signifie qu’ils seront, à leur tour, en mesure de les transmettre à leur propre progéniture.

La modification de la lignée germinale humaine – qui est en fait un bricolage avec la structure même de la composition de nos espèces – est une technique rejetée par la grande majorité des scientifiques du monde entier. Les généticiens craignent qu’un jour, cette méthode pourrait être utilisée pour créer de nouvelles races d’êtres humains supplémentaires, avec des caractéristiques souhaitées telles que la résistance ou une grande intelligence.

Sources : Le Journal du Siècle / DailyMail

3_Grande-Bretagne - les enfants génétiquement modifiés bientôt autorisés

2 – Un organisme génétiquement modifié :

(OGM) est un organisme vivant dont le patrimoine génétique a été modifié par intervention humaine. Selon les définitions européennes, ces modifications doivent être issues du génie génétique.

La définition américaine inclut également les modifications issues de la sélection artificielle.

Le génie génétique permet de modifier des organismes par transgénèse, c’est-à-dire l’insertion dans le génome d’un ou de plusieurs nouveaux gènes. Un « organisme transgénique », terme qui désigne les organismes qui contiennent dans leur génome des gènes « étrangers », est donc toujours un organisme génétiquement modifié, l’inverse n’étant pas toujours vrai.

La mise en œuvre de transgenèses permet un transfert de gènes héritables entre espèces évolutivement plus ou moins séparées (par exemple un gène prélevé sur le ver luisant et transféré chez le taureau) mais aussi de transférer des gènes entre espèces proches quand les techniques de croisement classique ont échoué (pomme de terre Fortuna).

L’aspect novateur de ces nouvelles techniques ainsi que leurs applications potentielles, notamment dans les secteurs médical et agricole, ont provoqué une controverse, une réflexion éthique8 ainsi qu’une guerre commerciale et des réglementations.

Au sein des biotechnologies, les OGM sont un domaine de recherche qui fait depuis les années 1990 l’objet de nombreux investissements en recherche et développement à partir de financements tant publics que privés.

4_Grande-Bretagne - les enfants génétiquement modifiés bientôt autorisés

De nombreuses organisations scientifiques internationales, et notamment le Conseil international pour la science, affirment que les OGM commercialisés ne sont pas dangereux pour la santé humaine, et que les risques de dissémination sont correctement contrôlés.

D’autres organisations, par exemple le Comité de recherche et d’information indépendantes sur le génie génétique (CRIIGEN), en France, ou le Independant Science Panel, au Royaume-Uni, estiment que les études auxquelles les organismes d’accréditation font référence sont insuffisantes, et que dans le domaine des cultures en plein champ les précautions prises ne permettent pas d’éviter la pollution génétique de l’environnement. Elles sont relayées en ce sens par les partisans du mouvement anti-OGM.

Inexistantes en 1993, les surfaces cultivées OGM, représentent en 2011, selon l’ISAAA, une association non-gouvernementale de promotion des biotechnologies, 160 millions d’hectares, dont près de 50 % dans les pays en développement.

Cela représente 3 % des terres agricoles à l’échelle mondiale, bien que pour certains pays, comme les États-Unis, elles représentent 17 % des surfaces agricoles et 47 % des surfaces arables.

Selon le même organisme, le marché du produit final des cultures commerciales de maïs, de soja et de coton est évalué à plus de 160 milliards de dollars en 2011, et à 13,2 milliards de dollars pour celui des semences.

Des organisations écologistes estiment cependant que les chiffres concernant les surfaces cultivées sont surévalués.

En mai 2010, le journal Science rapporte la réalisation du premier organisme dont l’intégralité du génome a été synthétisée par des scientifiques. Il ne s’agit pas d’une « création » en tant que telle mais de la fabrication artificielle d’un génome préexistant

 

Dans toute l’acception du terme, un « organisme génétiquement modifié » est un organisme vivant (micro-organisme, végétal ou animal) dont le génome a été modifié artificiellement. Cette acception inclut toutes les voies possibles de modification de l’information génétique, allant de la méthode des croisements aux outils du génie génétique.

D’un point de vue législatif, un grand nombre de pays et d’organisations utilisent une définition plus restrictive en référence à celle précisée lors du Protocole de Carthagène sur la prévention des risques biotechnologiques et qui entend par « Organisme vivant modifié » « tout organisme vivant possédant une combinaison de matériel génétique inédite obtenue par recours à la biotechnologie moderne ».

Cependant, cette définition n’est pas reconnue universellement. Certains pays, dont les États-Unis, ne font pas de ce recours à la biotechnologie moderne une notion discriminante.

6_Grande-Bretagne - les enfants génétiquement modifiés bientôt autorisés

Ainsi,

Si l’Union européenne, dans la directive 2001/18/CE définit un OGM comme « un organisme, à l’exception des êtres humains, dont le matériel génétique a été modifié d’une manière qui ne s’effectue pas naturellement par multiplication et/ou par recombinaison naturelle »

et si l’OCDE définit les OGM comme : « a plant or animal micro-organism or virus, which has been genetically engineered or modified », les États-Unis considèrent qu’un OGM est un organisme ayant subi un « changement dans le matériel génétique […], que ce soit par l’intermédiaire de la sélection classique, du génie génétique [ou] de la mutagenèse »

Certains pays, comme par exemple le Canada, même s’ils acceptent la définition « restrictive », appliquent aux « OGM » la même règlementation que celle qui a cours pour les produits modifiés par des méthodes classiques.

3 – Le génie génétique ( ou ingénierie génétique  )

5_Grande-Bretagne - les enfants génétiquement modifiés bientôt autorisés psd

Est un ensemble de techniques, faisant partie de la biologie moléculaire et ayant pour objet l’utilisation des connaissances acquises en génétique pour utiliser, reproduire, ou modifier le génome des êtres vivants.

Il a souvent pour but la modification des génotypes, et donc des phénotypes.

Le génie génétique est un champ très actif de la recherche car les applications possibles sont multiples, notamment en santé humaine (correction d’un gène porteur d’une mutation délétère, production de protéines thérapeutiques, élimination de séquences virales persistantes, etc.),

En agriculture biotechnologique (mise au point de nouvelles générations de plantes génétiquement modifiées, etc.) ou encore pour la mise au point d’outils destinés à la recherche (par exemple pour explorer la fonction d’un gène).

7_Grande-Bretagne - les enfants génétiquement modifiés bientôt autorisés

Au début du XXe, la redécouverte des travaux de Mendel (1822-1888) et les travaux de Morgan (1866-1945) sur des mouches permettent de comprendre que l’hérédité est due à la transmission de particules appelés gènes, disposés de manière linéaire sur les chromosomes.

Dans les années 1950, est mise en évidence la nature chimique des gènes, ainsi que la structure moléculaire de l’ADN.

En 1965, découverte des enzymes de restriction confirmée en 1973 par Paul Berg et ses collaborateurs. Ces protéines capables de découper et recoller précisément l’ADN, donnent aux chercheurs les outils qui leur manquaient pour établir une cartographie du génome.

Elle ouvre aussi la voie à la transgenèse, qui permet d’intervenir in vitro sur des portions d’ADN et donc des gènes. La technologie de l’ADN recombinant permet l’insertion d’une portion d’ADN (un ou plusieurs gènes) dans un autre ADN.

Chez certains organismes, les technologies mises au point pour introduire un gène dans la cellule vivante restent cependant limitées par le caractère aléatoire de l’insertion de la nouvelle séquence dans le génome.

8_Grande-Bretagne - les enfants génétiquement modifiés bientôt autorisés

Positionné aléatoirement, le nouveau gène peut inactiver ou perturber le fonctionnement de gènes tiers, ou même être à l’origine d’effets indésirables graves comme le déclenchement d’un processus de cancérisation.

Les technologies d’insertion non ciblées ne permettent pas d’obtenir de reproductibilité de l’expérience  : il n’y a pas de garantie que la nouvelle séquence soit insérée toujours au même endroit.

Depuis la fin des années 1990,

Une nouvelle génération de technologies, capitalise sur des connaissances et des technologies plus récentes, comme les méganucléases et les nucléases à doigts de zinc.

Elles permettent d’intervenir sur une zone spécifique de l’ADN afin d’accroître la précision de la correction ou de l’insertion pratiquée, de prévenir ainsi les toxicités cellulaires et d’offrir une reproductibilité fiable de l’intervention.

Ces nouvelles technologies d’ingénierie génomique, avec la génomique synthétique (conception de génomes artificiels), figurent actuellement parmi les technologies les plus prometteuses en termes de recherche biologique appliquée et d’innovation industrielle.

Production d’organismes génétiquement modifiés :

La production d’OGM fait intervenir la plupart du temps une transgénèse, qui permet d’introduire dans le génome d’un être vivant de nouveaux gènes, par insertion de portions d’ADN.

Génie génétique appliqué à l’Homme :

Le génie génétique, l’une des principales avancées scientifiques du XXe siècle, présente un fort potentiel de développement. Les possibilités d’application qu’il offre dans la recherche biomédicale suscitent à la fois des espoirs et des craintes.

9_Grande-Bretagne - les enfants génétiquement modifiés bientôt autorisés

Outils du génie génétique ( Recombinaison homologue ) :

Les premières tentatives de modification des génomes ont consisté à modifier des séquences génétiques en utilisant uniquement la recombinaison homologue.

Ce mécanisme de maintenance naturel de l’ADN permet de réparer un brin d’ADN en utilisant comme modèle une séquence homologue située sur un autre brin.

Il est possible d’induire des recombinaisons homologues entre l’ADN naturel d’une cellule et un brin d’ADN exogène introduit par les chercheurs, en utilisant comme vecteur le génome modifié d’un rétrovirus par exemple.

Le phénomène de recombinaison est suffisamment souple pour qu’il soit possible d‘introduire un certain niveau de changement (ajout, suppression ou modification d’une portion d’ADN) au niveau de la zone d’homologie visée.

Dès les années 1980,

Mario R. Capecchi et Oliver Smithies ont travaillé sur la recombinaison homologue de l’ADN comme outil de « ciblage de gène », c’est-à-dire comme instrument d’inactivation ou de modification de gènes précis.

Avec la collaboration de Martin J. Evans, ils ont mis au point un procédé permettant de modifier le génome de souris en modifiant l’ADN de cellules souches embryonnaires murines en culture, et en injectant ces cellules souches modifiées dans des embryons de souris.

Les souris génétiquement modifiées ainsi générées permettent d’étudier des maladies humaines en laboratoire.

C’est aujourd’hui un outil couramment utilisé en recherche médicale. Les travaux des trois chercheurs leur ont valu le Prix Nobel de physiologie ou médecine en 2007.

4 Réduire une population non souhaitée.

Le simple principe de pouvoir choisir  » vous donnent l’envie de recommencer  ».

Est-ce normal de pouvoir choisir de créer ou sacrifier son prochain ? Nous n’allons pas extrapoler à ce sujet, pour être simple nous prendrons en exemple le film 300 La naissance d’un empire.Vous remarquez que l’ont parle de Naissance qui ( en elle même ) devient une Renaissance lors de la prise de pouvoir sur l’Égypte.

300 La naissance - 1

Ne vous détrompez pas,ce films est plus ésotérique que vous le croyez. D’autres films comme stèle ( édifices déposer dans le monde ) relate ses faits. Ceci à commencer depuis très longtemps. Ce n’est pas une fiction mais un film ésotérique ( ordonner de façon à vous endoctriner pour y voir un sens )

Dans ce film intitulé 300 vous pourrez voir que dans la grèce antique ( Léonidas ) ont sacrifiait les enfants. Ce sacrifice revient exactement au même principe que l’eugénisme établis en chine. Ils procèdent juste d’une autre manière.

Les producteurs l’ont inclus dans ce film pour un but bien précis. Ils vous démontrent que si vous voulez gagner du pouvoir et être le plus fort, il faut absolument faire un sacrifice. Un sacrifice qui lui reviens à choisir le meilleur enfant pour assouvir son pouvoir. Encore faut-il que cette enfant est assez de conviction envers leurs idéologie. Cas échéant il sera tuer.

Regardez le film en cliquant sur ce lien  : http://www.youmoviz.tv/14065/stream-300/

300 La naissance - 2

300 La naissance - 3

En 490 av. J.-C., au cours de la bataille de Marathon, le roi perse Darius Ier est mortellement blessé par le général athénien Thémistocle sous les yeux de son fils Xerxès. De retour en Perse, le commandant de sa flotte la reine Artémise Ire le convainc de se venger des Grecs et en fait un dieu-roi. Dix ans plus tard, il envahit la Grèce. Alors que Léonidas et ses 300 Spartiates arrêtent Xerxès aux Thermopyles, les Athéniens, Thémistocle à leur tête, combattent sur mer au cap Artémision. Quelques jours plus tard les flottes s’affrontent lors de la grande bataille de Salamine qui se déroule peu avant celle de Platées. Les Grecs gagnent la bataille.

300 La naissance - 4

 

10_Grande-Bretagne - les enfants génétiquement modifiés bientôt autorisés

Partagez ce savoir à vos proches en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Paix et sincérité à tous !

Eveil-delaconscience