Le Codex Gigas – Manuscrit médiéval écrit au XIIIe siècle

1_Satanisme - Le Codex Gigas

« Ne doutez point que les êtres vivants ont toujours utilisé des symboles mystiques et sataniques pour représenter leurs savoirs, en fait, c’est toujours comme cela que ça s’est passé. »

Le Codex Gigas ( ou Bible du diable )

est un long manuscrit du 13e siècle originaire de Bohême, l’un des territoires historiques tchèques. Célèbre pour sa taille et une frappante représentation pleine page du diable (page 577), ce manuscrit rassemble plusieurs textes : l’Ancien et le Nouveau Testament, deux œuvres de Flavius Josèphe, les Étymologies d’Isidore de Seville, l’Ars medicinae (L’art de la médecine,)le manuel de médecine le plus utilisé au Moyen Âge, une Chronica Boëmorum(Chronique des Bohémiens) datant du 12e siècle et signée Cosmas de Prague, ainsi qu’un calendrier.

Les sections qui témoignent des origines bohémiennes et de l’histoire mouvementée du manuscrit sont d’un très grand intérêt. À la fin du 16e siècle, le Codex a été intégré aux collections de Rodolphe II de Habsbourg. Durant le siège de Prague par les Suédois, à la fin de la Guerre de trente ans (1648), le manuscrit avait été pris comme butin de guerre et transféré à Stockholm.

( du grec Gigas signifiant « géant ») est un manuscrit médiéval écrit au XIIIe siècle par un moine bénédictin du monastère de Podlažice en Bohême et qui se trouve maintenant dans la Bibliothèque nationale de Suède. Il est également connu sous le nom de Bible du Diable en référence à l’enluminure du diable que l’on trouve au folio 290.

Apparence Le Codex Gigas en PDF

2_Satanisme - Le Codex Gigas

3_Satanisme - Le Codex Gigas

Le livre mesure 97 cm de haut sur 50 de large. Il est la plus grande des Bibles géantes qui apparaissent au XIe siècle. L’ouvrage est un exemple tardif du genre, à une époque où, au contraire, sont créés, à Paris, des volumes de petit format. La totalité du volume est l’œuvre d’un seul scribe.

Il fait 22 cm d’épaisseur et est contenu dans un dossier de bois.

Sa reliure pleine est en cuir de veau et décorations en métal.

Le Codex Gigas contenait, à l’origine, 320 feuilles de vélin ; huit d’entre elles ont été retirées du livre pour une raison inconnue ; ces pages contenaient vraisemblablement les règles des Bénédictins.

Le vélin utilisé est de la peau de veau (ou d’âne selon certaines sources) et proviendrait de quelque 160 bêtes. Le Codex pèse 75 kg.

4_Satanisme - Le Codex Gigas

Histoire :

Le Codex Gigas fut rédigé dans le monastère bénédictin de Podlažice, près de Chrudim, en Bohême, qui fut détruit au XVe siècle.

Le texte du Codex s’arrête en 1229. Il est alors légué au monastère cistercien de Sedlec, puis racheté par le monastère bénédictin de Břevnov.

De 1477 à 1593, le Codex est conservé à la bibliothèque du monastère de Broumov. Il est emporté à Prague en 1594 pour rejoindre les collections personnelles de Rodolphe II du Saint-Empire.

La Bible du Diable :

Dans la Bibliothèque Nationale de Suède se trouve un livre unique et légendaire. Haut de 92 cm pour un poids de 75 kg, c’est le plus grand des manuscrits existants. Considéré comme la 8ème merveille du monde durant le moyen-âge, ses dimensions lui valurent le nom de Codex Gigas (livre géant), mais il est également connu sous une appellation plus mystérieuse : la Bible du Diable.

5A_Satanisme - Le Codex Gigas

Créé au début du XIIIème siècle dans le couvent de Podlazice en Bohême (actuelle république Tchèque), le Codex Gigas est composé de 312 pages de parchemin qui nécessitèrent la peau d’environ 160 bêtes. Il contient différents textes écrits en latin parmi lesquels on peut trouver l’Ancien et le Nouveau Testament, des documents historiques tels que la Chronique de Kosmas, diverses formules incantatoires, ou encore un calendrier nécrologique.

L’une des caractéristiques étonnantes du Codex Gigas, mis à part sa taille, c’est la régularité de la calligraphie qui recouvre chacune de ses pages. Normalement, l’écriture varie au fil d’un manuscrit, que ce soit à cause de la fatigue ou parce que différents scribes se relaient. Mais ici, le style et l’application ne changent pas. On estime que l’ouvrage serait le travail d’un seul homme qui aurait œuvré durant plus de 20 ans.

L’autre particularité du Codex, c’est une enluminure qu’on trouve à la page 290 : elle représente un Diable de plus de 50 cm de haut, griffu et cornu, qui trône seul sur le parchemin. De par l’importance qu’elle donne au démon, cette illustration est très inhabituelle pour l’époque, et peut-être unique dans un manuscrit religieux. C’est cette image qui donna au Codex Gigas son surnom de Bible du Diable, et qui alimenta la légende de sa création : on dit qu’un moine du couvent de Podlazice fut condamné à être emmuré vivant. Pour échapper à cette sentence, il jura d’écrire en une nuit le plus grand livre du monde. Mais quand minuit arriva, et qu’il comprit qu’il ne finirait pas à temps, le moine implora l’aide du démon. Pour remercier ce dernier, il ajouta la fameuse illustration.

Au fil des siècles et des conflits, le Codex Gigas changea plusieurs fois de propriétaire. Après avoir été conservé dans différents monastères, il fut amené à Prague en 1594 pour rejoindre les collections de l’empereur Rodolphe II. Mais en 1648, suite au sac de Prague, l’armée Suédoise emporta le Codex parmi ses différents trésors de guerre. Il fut conservé à la Bibliothèque Royale de Stockholm jusqu’ au 24 septembre 2007, date à laquelle le gouvernement suédois rendit exceptionnellement le livre à la ville de Prague… pour une durée de 4 mois. Lors du transfert, qui réclama un an de préparation, le manuscrit fut assuré pour 10 millions d’euros.

Aujourd’hui, une version entièrement numérisée du Codex Gigas est librement accessible sur le site de la Bibliothèque Nationale de Suède. A la page 290, on peut toujours y voir le Diable, qui arbore la même grimace menaçante depuis 800 ans…

5_Satanisme - Le Codex Gigas

Le sac de Prague par les Suédois en 1648 :

À la fin de la Guerre de Trente Ans, de nombreuses œuvres d’art et objets précieux sont ramenés en Suède par les troupes suédoises comme butin de guerre. Le Codex en fait partie. De 1649 à 2007, il est conservé à la Bibliothèque royale de Suède, à Stockholm.

Le retour à Prague :

Le Codex a été prêté par le gouvernement suédois à la ville de Prague le 24 septembre 2007, soit 359 ans après sa disparition, pour les besoins d’une exposition à la bibliothèque nationale de République tchèque. Il a été rendu en janvier 2008.

Contenu :

Le portrait du diable figure au folio 290. Il est représenté seul, dans un paysage vide ; il fait face à une représentation de la cité du Paradis, sur le folio 289.

En constatant les diverses informations fournies par nos prédécesseurs, nous pouvons désormais comprendre pourquoi la médecine est aussi maléfique et utilise le serpent comme représentation.. du moins de nombreuse archives nous prouve bien que les médecins d’hier ne sont que les druides d’aujourd’hui. De simple initiés qui utilisent des représentations ésotérique et satanique pour soigner une personne, une population.

Est-ce une bonne chose quand nous devons soigner des personnes dans de mauvaises conditions ? Le bien ne peut être en ordonnance avec le mal ( et ceci concerne tous les domaines ).

6_Satanisme - Le Codex Gigas

Partager ce savoir à vos proches en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Paix et sincérité à tous.

Eveil-delaconscience