Les Mormons ( Théologie )

Les Mormons

Les saints des derniers jours se disent de la Maison d’Israël, pour quelques-uns de ligne directe, pour les autres par adoption. En tant que tel, le judaïsme est à la base de l’histoire du mormonisme.

Les Juifs sont considérés comme un peuple de l’alliance de Dieu, tenu en haute estime et respectés dans la foi mormone. L’Église est par conséquent très philosémite dans sa doctrine.Du point de vue de la communauté juive, les croyances mormones concernant leur appartenance à la Maison d’Israël sont généralement rejetées tant du point de vue théologique que culturel.Le concept de revendication d’appartenance à la Maison d’Israël produit divers problèmes interconfessionnels. Bien que des conflits existent, les relations atteignent rarement, voire jamais l’antisémitisme ou l’anti-mormonisme.

Théologie du mormonisme :

La théologie du mormonisme est la doctrine de l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, nommée ‘Évangile de Jésus-Christ’. Elle est fondée sur les Saintes Écritures et la révélation moderne par l’intermédiaire des prophètes.

Cette doctrine aurait été révélée par Jésus-Christ comme étant un système de lois et d’ordonnances éternelles telles que la personne qui s’y conforme strictement aurait l’assurance de pouvoir entrer dans la présence de Dieu.

Ces lois et ordonnances seraient le système de gouvernement du royaume de Dieu. Selon la doctrine, tous seront sauvés dans un royaume de gloire mais pas tous dans le royaume céleste.

Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours

L’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, ou mormonisme, est une Église chrétienne restaurationniste née dans l’État de New York, aux États-Unis, en 1830 et dont le siège mondial se trouve à Salt Lake City dans l’Utah.

Elle est la quatrième plus grande confession chrétienne des Etats-Unis (6,16 millions de membres).

A l’échelle mondiale, elle revendique 14 millions de membres dont 36 000 en France métropolitaine et 22 000 en France d’outre-mer. Elle se considère comme religion révélée, à l’instar du judaïsme, du christianisme et de l’islam.

mormons Temple_Square_October_05_(8)_c

L’Église a tout d’abord été appelée Église du Christ, ses membres voyant en elle l’Église rétablie de Jésus-Christ. En 1830, elle est appelée Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, « saints » signifiant « disciples » et « derniers jours », expression utilisée dans le Nouveau Testament, faisant une distinction avec l’Église originelle.

Finalement, en 1838 Joseph Smith lui donne son nom actuel : Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours. La dénomination des membres de l’Église est « saints des derniers jours » dont la forme abrégée en anglais est LDS (pour Latter-day Saints).

Le surnom « mormon » toléré par les membres de l’Église a pour origine le nom d’un personnage du Livre de Mormon.

Dans ce livre, Mormon est un prophète, un chef militaire et un gardien d’annales qui aurait vécu aux environs de 311-385 après JC sur le continent américain.

Il aurait hérité des vastes annales historiques et spirituelles de son peuple qui vivait dans les Amériques et y aurait ajouté l’histoire de sa propre vie.

Il aurait compilé et abrégé les récits des prophètes précédents, gravés sur des plaques d’or, donnant ainsi son nom au Livre et leur surnom à l’Église et ses membres.

livre-mormon-français

Situation des Noirs dans le mormonisme :

Les minorités noires ont toujours été officiellement bienvenues dans l’Église et Joseph Smith (1805-1844), anti-esclavagiste, a ordonné des hommes noirs à la prêtrise et a lutté contre l’esclavagisme en tant que candidat à la présidence des États-Unis.

À cette époque, la croyance communément répandue dans la société américaine était que les Noirs étaient les descendants maudits de Cham.

Pour cette raison, après la mort de Joseph Smith, son successeur, Brigham Young, enseigna en 1852, que si les Noirs pouvaient être baptisés, ils ne pouvaient pas être ordonnés à la prêtrise ni recevoir les sacrements supérieurs du temple, affirmant « qu’ils ne recevraient pas les bénédictions de la prêtrise avant que les autres descendants d’Adam n’aient reçu les promesses et se soient réjouis des bénédictions de la prêtrise […] si nous le faisions, la prêtrise serait retirée de l’Église et du Royaume de Dieu, […] l’Église irait à sa destruction ».

En 1955, l’Église commença à ordonner des Mélanésiens noirs à la prêtrise. À la fin des années 1960, l’Église se développa au Brésil, aux Caraïbes et en Afrique. Dans le cas de l’Afrique et des Caraïbes, l’Église n’avait pas encore commencé son programme missionnaire à grande échelle dans ces régions du monde.

Des groupes importants au Ghana et au Nigeria ont voulu se joindre à l’Église et de nombreux membres de l’Église brésiliens étaient d’origine africaine. Le 8 juin 1978, sous la présidence de Spencer W. Kimball, 12e président de l’Église, fut adoptée une déclaration de la Première Présidence de l’Église disant que « tous les membres masculins de l’Église qui en sont dignes peuvent être ordonnés à la prêtrise sans considération de race ou de couleur ».

Aujourd’hui, les Noirs membres de l’Église sont nombreux et de nombreuses congrégations sont à prédominance noire.

Critiques éthiques :

Le mormonisme est également critiqué pour certaines doctrines, passées ou présentes, posant des problèmes éthiques, principalement :

le rôle de la femme : seul l’homme peut détenir la prêtrise. La première responsabilité de la femme est familiale. Elle et son mari ne peuvent accéder à la vie éternelle l’un sans l’autre.
le mariage plural a été pratiqué de 1840 à 1890 par une partie des mormons.
de 1844 à 1978 les hommes membres de l’Église de race noire ne pouvaient pas, à part quelques exceptions, être ordonnés à la prêtrise, ce qui a suscité de nombreuses critiques face à une disposition jugée raciste (voir Situation des Noirs dans le mormonisme).

↑ Manifestants devant le temple de Newport Beach Californie exprimant leur opposition au soutien de l’Église à la Proposition 8 de Californieen raison du point de vue mormon sur l’homosexualité, les déclarations des dirigeants de l’Église sont parfois perçues comme homophobes.

__ __

Le massacre de Mountain Meadows : en septembre 1857, une centaine d’émigrants d’Arkansas et du Missouri, en route pour la Californie, furent massacrés par des miliciens mormons assistés par des Indiens.

Les aspects financiers : l’Église tire la majorité de ses finances de la dîme payée par ses membres (10 % de leurs revenus). Elle contrôle de nombreuses sociétés commerciales et ne publie son bilan financier que dans les pays où la loi l’exige.

De plus, l’Église prétend avoir un clergé laïque (non rémunéré), alors que les Autorités générales (l’équivalent des cardinaux de l’Église catholique) sont indemnisées.

Le fichage des états civils (le plus grand fichier mondial des défunts, avec quatorze milliards de personnes inscrites sur des fiches microfilmées).

Chronologie du mormonisme en France :

_ _ 2001-2013 _ _

Juillet 2001 : La mission de Bordeaux et la mission de Marseille sont dissoutes pour former la mission de Toulouse.

22 septembre 2002 : Création du pieu de Toulouse, avec Jean-Paul Guérinot comme président, José Ortega et Jean-Paul Perez comme conseillers et Jean-Pierre Cuvelier comme patriarche.

14 décembre 2003 : Création du pieu d’Angers, avec Alain Marie comme président, Hervé Bousseau et Jean-Yves Raveneau comme conseillers.

Mai 2004 : Nouvelle visite du président de l’Église, Gordon B. Hinckley, à Paris.

2005 : Christian Euvrard publie Louis Auguste Bertrand (1808-1875), journaliste socialiste et pionnier mormon (Christian Euvrard, 2005)

2005 à 2007 : Alain Petion préside la mission canadienne de Montréal.

Avril 2006 : Michel Paya devient autorité interrégionale et membre du troisième collège des soixante-dix. Son ministère durera jusqu’en 2011.

Avril 2007 : Gérald Caussé devient autorité interrégionale et membre du troisième collège des soixante-dix.

Octobre 2007 : Le Lieutenant Georges Étienne-German devient le premier relais d’Aumônerie saint des derniers jours dans l’Armée française. Sa recommandation de l’Aumônerie Protestante aux Armées sera effective jusqu’en octobre 2008.

5 avril 2008 : Gérald Caussé devient membre du premier collège des soixante-dix et devient ainsi Autorité générale de l’Église. Il est le premier Français dans l’histoire de l’Église à devenir Autorité générale.

4 juillet 2009 : Le Journal Officiel fait état du nouveau statut de l’Église devenue association cultuelle, loi 1905.

2 avril 2011 : Patrick Boutoille devient autorité interrégionale et membre du troisième collège des soixante-dix. Il est le septième Français à devenir soit représentant régional des Douze, soit autorité interrégionale, après Gérard Giraud-Carrier (1981), Christian Euvrard (1987), Jacques Faudin (1992), Alain Petion (1997), Michel Paya (2006) et Gérald Caussé (2007).

31 mars 2012 : Gérald Caussé devient premier conseiller dans l’Épiscopat président de l’Église.

25 avril 2013 : La CNIL (Commission Nationale Informatique et Liberté)

autorise la société FamilySearch International à mettre en œuvre un traitement automatisé de données à caractère personnel ayant pour finalités le transfert vers les États-Unis de documents d’archives publiques numérisés et la diffusion de l’image de ces documents sur son site internet à visée généalogique ainsi que dans ses centres de consultation.

Personnalités Connues :

Stephenie Meyer , écrivaine.

Mitt Romney, candidat à la présidentielle 2012 aux États-Unis.

Don L. Lind, astronaute.

Torah Bright, championne olympique.

 

  • Amérindiens
    • Kanosh, chef Pahvant de la tribu des Utes, territoire d’Utah
  • Films

Pionniers mormons :

Les pionniers mormons étaient les membres de l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours, également connus sous le nom de « saints des derniers jours », qui subirent l’exode lorsqu’ils furent chassés de Nauvoo, en Illinois (États-Unis) et entreprirent à pied ou en chariot le trajet de plus de 2 000 km qui les mena jusqu’à la vallée du Grand Lac Salé, un endroit totalement désertique dans les montagnes Rocheuses, situé dans l’actuel État d’Utah, où ils s’établirent définitivement à partir de 1847.

L’exode des pionniers chassés de Nauvoo, en Illinois a commencé le 4 février 1846, sous la direction de Brigham Young.

Entre 1847 et 1860 (date d’achèvement du chemin de fer transcontinental), 86 000 pionniers se rendirent dans la vallée du Grand Lac Salé. 6 000 d’entre eux moururent au cours du voyage.

Les premiers pionniers étaient Américains, puis des dizaines de milliers de Britanniques, d’Allemands, de Scandinaves, de Français, de Suisses, etc., traversèrent l’Atlantique pour se rendre à Salt Lake City où, sous l’impulsion de Brigham Young, ils s’installèrent.

Un Français, Louis Auguste Bertrand, rédacteur au journal Le Populaire et communiste icarien, raconte sa conversion en 1850 et son expérience de la traversée des plaines dans Mémoires d’un mormon

Pionniers mormons en 1847

Depuis la fondation de l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours en 1830, ses membres ont été souvent traités durement et persécutés par leurs voisins, principalement en raison de leur unité sociale et politique et de leurs croyances religieuses.

Des actes de violence dirigés contre l’Église, ses membres et Joseph Smith, son dirigeant, les ont contraints de se déplacer d’un endroit à l’autre : Ohio, Missouri, puis en Illinois, où les membres de l’Église ont construit la ville de Nauvoo et un temple. Le gouverneur du Missouri, Lilburn Boggs, publia l’ordre d’extermination à l’encontre de tous les mormons qui vivaient dans l’État.

En 1844, Joseph Smith a été tué par la foule pendant une garde à vue dans la ville de Carthage, en Illinois. En 1846, les tensions religieuses ont atteint leur apogée et, en 1848, la population a brûlé le temple de Nauvoo.

Selon la croyance, Dieu dirigea Brigham Young, le successeur de Joseph Smith en tant que président de l’Église, pour appeler les mormons à s’organiser et aller en direction de l’Ouest, au-delà de la frontière ouest des États-Unis (dans ce qui était alors le Mexique).

Cette entreprise de grande envergure a été un important moyen de tester la capacité des dirigeants de l’Église nouvellement restructurée. Pour son rôle dans cet exode, Brigham Young est parfois appelé le « Moïse américain ».

Déroulement :

Départ de Nauvoo :

Départ de Nauvoo, hiver 1846-47, C.C.A. Christensen

  • Épreuves d’un exode hivernal

L’évacuation de Nauvoo devait à l’origine avoir lieu en avril 1846. Mais comme la milice de l’État menaçait d’empêcher les mormons de partir vers l’Ouest, les douze apôtres et d’autres édiles tinrent en hâte conseil le 2 février 1846. Ils convinrent qu’il était impérieux de partir immédiatement pour l’Ouest, et l’exode commença le 4 février.

Sous la direction de Brigham Young, le premier groupe de mormons entreprit le voyage. Mais il y avait de nombreux kilomètres à parcourir avant de trouver du répit dans des camps permanents après avoir affronté la fin de l’hiver et un printemps exceptionnellement pluvieux.

Pour échapper à leurs persécuteurs, des milliers de mormons durent tout d’abord traverser le Mississippi jusqu’en Iowa.

Quinze jours après la première traversée, le fleuve gela pendant un certain temps. Bien que la glace fût glissante, elle supporta les chariots et les attelages et facilita la traversée.

Quand ils campèrent à Sugar Creek, de l’autre côté du fleuve, un vent constant apporta de la neige qui tomba sur une épaisseur de près de vingt centimètres.

Ensuite le dégel rendit le sol boueux. La partie la plus difficile du voyage fut la première, la traversée de l’Iowa. Il fallut cent trente et un jours aux saints pour parcourir les 500 km de Nauvoo jusqu’aux colonies de l’ouest de l’Iowa où ils passeraient l’hiver de 1846-47 et se prépareraient pour l’émigration vers les Montagnes Rocheuses.

Cette expérience leur apprit l’art de voyager qui allaient les aider à traverser plus rapidement les 1 600 km des grandes plaines américaines, ce qui fut fait l’année suivante en cent onze jours environ.

  • Winter Quarters

Winter Quarters

Au cours de l’hiver 1846-47, les dirigeants saints des derniers jours de Winter Quarter, Nebraska et d’Iowa conçurent des plans pour la migration d’un grand nombre de saints, avec leurs biens et leurs vivres.

On appela des capitaines de cent, de cinquante et de dix pour diriger les saints pendant leur exode. Chaque groupe de cent créa un ou plusieurs ateliers de charronnerie. Charrons, menuisiers et ébénistes travaillaient jusque tard dans la nuit à préparer le bois et à construire les chariots.

Des membres furent envoyés dans l’Est acheter du fer, et les forgerons fabriquaient le matériel nécessaire pour le voyage et les outils agricoles dont on aurait besoin pour coloniser une nouvelle Sion.

Les familles rassemblaient la nourriture et les articles ménagers et remplissaient les récipients d’entreposage de fruits séchés, de riz, de farine et de médicaments. Plusieurs colonies de saints s’étiraient le long des deux rives du Missouri.

Winter Quarters, la plus grande, était sur la rive ouest, au Nebraska. Elle devint rapidement la patrie de quelque trois mille cinq cents membres de l’Église, qui vécurent dans des maisons de rondins et des trous creusés à flanc de coteau et constitués de terre et de saules.

La vie dans ces colonies était presque aussi difficile que quand ils étaient en route. Au cours de l’été, ils souffrirent de la malaria. Quand vint l’hiver et que l’on ne disposa plus de nourriture fraîche, ils souffrirent d’épidémies de choléra, du scorbut, de maux de dents, d’héméralopie (réduction importante de la vision lorsque la lumière est faible) et de fortes diarrhées. Des centaines de personnes moururent.

  • Kanesville

C’est à Winter Quarters que Brigham Young rencontra pour la première fois Thomas L. Kane, un non-mormon de Philadelphie ayant des liens personnels avec l’administration Polk. Kane obtint l’autorisation pour les mormons de passer l’hiver sur le territoire indien, du côté Iowa du Missouri, et le site fut appelé à l’origine Kanesville où jusqu’à deux mille cinq cents saints vécurent.

Brigham Young continua de faire confiance à Kane tout au long de sa vie, en particulier en qualité d’intermédiaire avec le gouvernement fédéral souvent hostile. Brigham Young passa personnellement en revue toutes les informations disponibles sur le Grand Lac Salé et la vallée du Grand Bassin, consulta les trappeurs ayant voyagé par Winter Quarter, et rencontra le Père Pierre-Jean De Smet, l’un des missionnaires Jésuites familiarisé avec le Grand Bassin.

Young, vigilant, insista pour que les Mormons s’installent dans un lieu dont personne d’autre ne voudrait et estima que la vallée du Grand Lac Salé répondait à cette exigence et présentait de nombreux avantages.

Compagnie d’avant-garde en 1847

Début 1847, Brigham Young consulta les membres du collège des Douze Apôtres. De retour de mission britannique, John Taylor, Parley P. Pratt et Orson Hyde contribuèrent par l’argent donné par les saints britanniques, une carte basée sur la récente expédition vers l’ouest de John C. Frémont et par des instruments de calcul de latitude, d’altitude, de température et de pression barométrique.

Brigham Young organisa une compagnie d’éclaireurs pour l’ouest en direction des Montagnes Rocheuses afin de recueillir des informations sur les conditions des pistes, y compris les sources d’eau et les tribus natives et, enfin, sélectionner le point de rencontre dans le Grand Bassin.

La première compagnie devrait choisir et ouvrir une première piste que les pionniers suivants entretiendraient et amélioreraient. Il fallait que le groupe puisse, autant que possible, édifier des passages à gués et des ferries et planter des cultures pour les récoltes à venir.

Fin février, la décision fut prise de collecter des bateaux portatifs, des cartes, des instruments scientifiques, des outils agricoles et des semences. Les techniques d’irrigation des cultures ont été étudiées. Une nouvelle route sur le côté nord de la Platte River a été choisie pour éviter l’interaction avec les voyageurs utilisant les pistes d’Oregon côté sud de la rivière.

Étant donné les besoins importants du groupe de saints voyageant vers l’ouest, les responsables de l’Église ont décidé d’éviter d’éventuels conflits de droits de pâturage, d’accès à l’eau et de terrains pour les camps.

Les membres du groupe d’avant-garde choisis ont été réunis, les dernières fournitures ont été emballées, et le groupe a été organisé en compagnies militaires.

Le groupe se composait de 143 hommes, dont trois esclaves noirs et de huit membres du Collège des Douze Apôtres, trois femmes et deux enfants. Le convoi contenait 73 charriots, un canon, 93 chevaux, 52 mules, 66 bœufs, 19 vaches, 17 chiens et des poulets, et un an de provision a été mis à la disposition du groupe.

Brigham Young divisa le groupe en 14 compagnies, et désigna un capitaine par groupe. Inquiet du possible danger indien, une milice et une garde de nuit ont été formées sous la direction de Stephen Markham.

Le Bataillon mormon : Article détaillé : Bataillon mormon :

Pendant que les saints étaient en Iowa, les recruteurs de l’armée américaine demandèrent aux dirigeants de l’Église de fournir un contingent d’hommes pour participer à la guerre contre le Mexique, qui avait commencé en mai 1846.

Les hommes, à qui on finit par donner le nom de bataillon mormon, devaient traverser le sud du pays jusqu’en Californie et seraient payés, vêtus et nourris.

Brigham Young encouragea les hommes à s’enrôler, parce que cela permettrait de lever de l’argent pour rassembler les pauvres de Nauvoo et aider les familles des soldats.

Le fait de collaborer avec le gouvernement dans cette entreprise montrerait aussi la loyauté des membres de l’Église à leur pays et leur donnerait une bonne raison de camper temporairement sur des terres publiques et indiennes.

Finalement, cinq cent quarante et un hommes acceptèrent les conseils de leurs dirigeants et s’enrôlèrent dans le bataillon.

Ils furent accompagnés de trente-trois femmes et de quarante-deux enfants. Le bataillon partit vers le sud-ouest et fit trois mille deux cent cinquante kilomètres jusqu’en Californie, souffrant du manque de nourriture et d’eau, d’insuffisance de repos et de soins médicaux et de l’allure rapide de la marche.

Les soldats servirent de troupes d’occupation à San Diego, à San Luis Rey et à Los Angeles. À la fin de leur année d’enrôlement, ils furent démobilisés et autorisés à rejoindre leurs familles.

Départ pour le Grand Lac Salé :

Le 5 avril 1847, à 14 h, le convoi quitta Winter Quarters en direction de l’ouest vers le Grand Bassin. Ils parcoururent 5 km dans l’après-midi. Les registres montrent que Young géra activement le voyage, supervisa les détails et, à l’occasion, donna un blâme quand les divertissements du soir ou du dimanche devenaient trop bruyants ou que les membres du groupe n’avaient pas achevé leurs tâches.

Une fois, il réprimanda le groupe de chasseurs lui reprochant de gaspiller la chair … tuant plus que réellement nécessaire. Le campement était réveillé au clairon à 5 heures du matin et le convoi devrait être prêt pour le départ à 7 heures.

Le voyage prenait fin chaque jour à 20 h 30 et le campement était au lit de 9 h. Le convoi voyageait six jours par semaine, mais généralement restait au camp le dimanche pour célébrer le jour de Sabbat.

Compagnies de charrettes à bras :

Dans les années 1850, les dirigeants de l’Église décidèrent de constituer des convois de charrettes à bras afin de diminuer les frais et de pouvoir accorder une aide financière au plus grand nombre possible d’émigrants.

Les saints qui voyagèrent de cette façon ne mettaient que cent livres de farine et des quantités limitées de provisions et bien dans une charrette et la poussaient ensuite sur les plaines. De 1856 à 1860, dix convois de charrettes à bras se rendirent en Utah.

Huit d’entre eux arrivèrent à bon port dans la vallée du Lac Salé, mais deux d’entre eux, les compagnies de charrettes à bras Martin et Willie furent surpris par un hiver précoce et beaucoup de saints périrent.

Arrivée dans la vallée du Grand Lac Salé

Le 21 juillet 1847, Orson Pratt et Erastus Snow, du premier convoi de pionniers, précédèrent les immigrants dans la vallée du lac Salé.

Ils y trouvèrent une herbe si haute qu’on pouvait s’y cacher, ce qui promettait des terres à cultiver, et plusieurs ruisseaux qui serpentaient dans la vallée. Trois jours plus tard, Brigham Young, qui souffrait de la fièvre des montagnes, fut amené dans son chariot à l’embouchure d’un canyon qui donnait sur la vallée. Arrivé à l’endroit, il dit «Cela suffit. C’est là

Le 28 juillet 1847, Brigham Young choisi l’emplacement pour le futur Temple de Sale Lake City et présenta au plus grand groupe possible un plan de ville pour approbation.

En août 1847, Young et d’autres membres de la compagnie d’avant-garde retourna à Winter Quarters afin de rassembler et organiser les compagnies prévues pour les années suivantes.

En décembre 1847, plus de deux mille mormons avaient accompli le voyage jusqu’à la vallée du Grand Lac Salé. Toutefois, le pourcentage de main-d’œuvre adulte était peu élevé, 53,2 pour cent du groupe avait moins de dix-neuf ans, 25 pour cent du total étaient des enfants de moins de huit ans. (Walker et Dant, p. 318).

 

Maison de pionnier à Spring City, Utah

Plusieurs années plus tard, Jean Rio Griffiths Baker, une convertie d’Angleterre, écrivit ce qu’elle éprouva quand elle contempla Salt Lake City pour la première fois.

« La ville… est disposée en carrés ou en blocs, comme on les appelle ici; chacun contient quatre hectares et est divisé en huit lots, dont chacun a une maison.

Je restai là à regarder. Il m’est difficile d’analyser mes sentiments, mais je pense que les principaux étaient la joie et la reconnaissance pour la protection qui nous avait été accordée à moi et aux miens pendant notre long et dangereux voyage. »

Les saints du Brooklyn :

La plupart des saints se rendirent dans les Montagnes Rocheuses en faisant la traversée par voie de terre à partir de Nauvoo, mais un groupe de saints de l’est des États-Unis prit le chemin de la mer.

Le 4 février 1846, soixante-dix hommes, soixante-huit femmes et cent enfants montèrent à bord du Brooklyn et quittèrent le port de New York pour un voyage de vingt-sept mille kilomètres jusqu’à la côte californienne. Pendant leur voyage, deux enfants naquirent que l’ont appela Atlantic et Pacific et douze personnes moururent.

Le voyage, qui dura six mois, fut très pénible dans la chaleur des tropiques et les passagers n’avaient que de la nourriture avariée et de l’eau croupie. Après avoir dépassé le Cap Horn, ils s’arrêtèrent dans l’Île Juan Fernandez pour s’y reposer pendant cinq jours.

Le 31 juillet 1846, après un voyage marqué de violentes tempêtes, d’une nourriture de plus en plus rare et de longues journées de navigation, ils arrivèrent à San Francisco. Certains y restèrent et fondèrent une colonie appelée New Hope (Nouvelle-Espérance), tandis que d’autres traversaient les montagnes pour rejoindre les saints dans le Grand Bassin, à l’est.

John F. Kennedy : président des États-Unis, le 26 septembre 1963 :

« Je trouve une force régénératrice et du plaisir à me rappeler l’histoire de ce groupe qui, il y a plus d’un siècle, a fait le voyage périlleux à travers les montagnes et les plaines pour construire un commenwealth saint dans le désert.

De toutes les histoires de pionniers et de colons américains, rien n’est plus inspirant que l’épopée des pionniers mormons. Les qualités des fondateurs de cette communauté sont les qualités que nous recherchons en Amérique.

Ce sont les qualités que nous aimons à sentir dans ce pays : le courage, la patience, la foi, l’autonomie, la persévérance et, surtout, une détermination sans faille pour que prévale le droit. Notre tâche aujourd’hui est de transposer cet esprit dans l’état d’esprit de l’Amérique, de nous conduire dans la communauté des nations avec la même combinaison d’énergie et d’endurance qui a conduit Brigham Young et son peuple en toute sécurité dans la vallée du Grand Lac Salé.

Films :

Qui sont vraiment les Mormons 1/4

Qui sont vraiment les Mormons 2/4

Malheureusement la vidéo 3/4 n’est plus disponible ( suite ci dessous )

Qui sont vraiment les Mormons 4/4

Articles connexes :

Mais qui sont les membres du Bohémien Club ?

Il y a beaucoup trop de loge maçonnique dans le monde !