Les origines de L’alchimie : Marcellin Berthelot

Qui sont les Alchimistes ? et quel est leur objectif ? Dans le livre de Marcellin Berthelot que nous vous proposons de lire «Les origines de l’alchimie», vous saurez reconnaître celui qui a été «initié aux sciences occultes». En l’occurrence, vous constaterez aussi que les druides ( sorciers ) d’hier, sont devenues les chimistes d’aujourd’hui : Regarder L’histoire de l’alchimie ici pour de plus amples informations. http://www.eveil-delaconscience.com/histoire-de-lalchimie

Marcellin Berthelot (Paris, – Paris, ) est un chimiste, physicochimiste, biologiste, épistémologue et homme politique français. À la suite de sa participation à l’effort de guerre contre l’Allemagne, il est élu sénateur puis nommé ministre des Affaires étrangères et ministre de l’Instruction publique. En politique, il est connu pour avoir soutenu l’effort pour l’investissement dans les nouvelles technologies et l’aide aux populations paysannes et ouvrières. Il s’est également intéressé à la philosophie et à l’histoire des sciences en Orient.

Téléchargez le livre  »Les origines de l’alchimie » ici

Introduction :

La chimie est née d’hier : il y a cent ans à peine qu’elle a pris la forme d’une science moderne. Cependant les progrès rapides qu’elle a faits depuis ont concouru, plus peut-être que ceux d’aucune autre science, à transformer l’industrie et la civilisation matérielle, et à donner à la race humaine sa puissance chaque jour croissante sur la nature. C’est assez dire quel intérêt présente l’histoire des commencements de la chimie. Or ceux-ci ont un caractère tout spécial: la chimie n’est pas une science primitive, comme la géométrie ou l’astronomie; elle s’est constituée sur les débris d’une formation scientifique antérieure; formation demi-chimérique et demi-positive, fondée elle-même sur le trésor lentement amassé des découvertes pratiques de la métallurgie, de la médecine, de l’industrie et de l’économie domestique. Il s’agit de l’alchimie, qui prétendait à la fois enrichir ses adeptes en leur apprenant à fabriquer l’or et l’argent, les mettre à l’abri des maladies par la préparation de la panacée, enfin leur procurer le bonheur parfait en les identifiant avec l’âme du monde et l’esprit universel.

L’histoire de l’alchimie est fort obscure. C’est une science sans racine apparente, qui se manifeste tout à coup au moment de la chute de l’empire romain et qui se développe pendant tout le moyen âge, au milieu des mystères et des symboles, sans sortir de l’état de doctrine occulte et persécutée: les savants et les philosophes s’y mêlent et s’y confondent avec les hallucinés, les charlatans et parfois même avec les scélérats. Cette histoire mériterait d’être abordée dans toute son étendue par les méthodes de la critique moderne. Sans entreprendre une aussi vaste recherche qui exigerait toute une vie de savant, je voudrais essayer de percer le mystère des origines de l’alchimie et montrer par quels liens elle se rattache à la fois aux procédés industriels des anciens égyptiens, aux théories spéculatives des philosophes grecs et aux rêveries mystiques des alexandrins et des gnostiques. Les origines mystiques. Les saintes écritures rapportent qu’il y a un certain genre de démons ayant commerce avec les femmes. Hermès en a parlé dans ses livres sur la nature.

Les anciennes et saintes écritures disent que certains anges, épris d’amour pour les femmes, descendirent sur la terre, leur enseignèrent les oeuvres de la nature; et à cause de cela ils furent chassés du ciel et condamnés à un exil perpétuel. De ce commerce naquit la race des géants. Le livre dans lequel ils enseignaient les arts est appelé chêma: de là le nom de chêma appliqué à l’art par excellence. Ainsi parlait Zosime le panopolitain, le plus vieux des chimistes authentiques, exposant les origines de la chimie, dans son livre imouth (c’est à dire dédié à Imhotep, dieu égyptien), livre adressé à sa soeur Théosébie.