Les sioux ( Indiens d’Amérique ) : La bataille contre le pipeline

Nous devons nous opposer avec connaissance et reconnaissance vis-à-vis des nombreux projets que les humains peuvent innover sur terre – qu’il soit bien mauvais. Si les opposants à Notre-Dame-des-Landes bataillaient depuis des années contre le projet des autorités, les États-Unis ont connu en 2016 un conflit entre Indiens et partisans d’un pipeline dans le nord du pays.

Une « ZAD à l’américaine »

En 2016, pendant presque un an, des membres de la tribu sioux de Standing Rock soutenus par des écologistes ont occupé le terrain en tentant d’empêcher la construction du tronçon controversé. Un camp de fortune s’est installé dans le secteur et des échauffourées ont éclaté avec les forces de l’ordre à plusieurs reprises. Fin 2016, Barack Obama a gelé le projet juste avant son départ de la Maison Blanche, mais le nouveau locataire Donald Trump l’a relancé début 2017.

Les Sioux sont un important groupe ethnique et linguistique amérindien du centre et du sud-est de l’Amérique du Nord, parlant originellement des langues dites « siouanes ». Le peuple Sioux est souvent subdivisé en deux sous-groupes :

  • les Catobas aujourd’hui presque disparus (il existe encore une petite réserve dans la Caroline du Sud)2
  • la grande famille Sioux, qui comporte elle-même d’autres subdivisions (chiwere, dhegiha, winnebago, mandan, etc.).

Le même nom « sioux » est utilisé pour indiquer un groupe spécifique de tribus, culturellement et linguistiquement très proches : Lakotas, Nakotas et Dakotas, noms qui signifient tous « alliés ». Le présent article traite fondamentalement ce deuxième usage du terme.

En savoir plus https://fr.wikipedia.org/wiki/Sioux

Rappelons quelques faits ( 2016-2017-2018 ):

Les sioux ( Indiens d’Amérique ): La bataille contre le pipeline

2017/02/01 La bataille contre le pipeline dakota access reprend : http://www.liberation.fr/planete/2017/02/01/la-bataille-contre-le-pipeline-dakota-access-reprend_1545541

2017/2018 Les grandes banques françaises derrière le projet d’oléoduc combattu par les Sioux

Les Sioux de la réserve de Standing Rock, dans le Dakota du Sud, s’opposent à un projet d’oléoduc qui menace des sites culturels ancestraux et leurs sources d’eau [1]. Le Dakota Access Pipeline, d’une longueur de 1800 kilomètres, doit transporter le pétrole de schiste extrait dans le Dakota du Nord vers les côtes Est et Sud des États-Unis et, au-delà, vers d’autres marchés. Or, selon les chiffres compilés par l’ONG Food and Water Watch, les banques françaises sont engagées dans le projet du Dakota Access Pipeline, pour des sommes dépassant le milliard de dollars.

Crédit Agricole, Natixis et Société Générale figurent parmi les banques qui ont accordé un prêt de 2,5 milliards de dollars spécifiquement dédié au financement de la construction de l’oléoduc. Avec BNP Paribas, Crédit agricole et Natixis financent également les deux firmes qui portent le projet (Energy Transfer Partners et Energy Transfer Equity). Total de l’exposition financière des banques françaises : près de 450 millions de dollars pour BNP Paribas, près de 350 millions pour le Crédit