Ont croit être libre. Alors pourquoi ont-ils mis un serpent sur la déclaration des droits de L’homme ?

Croyez-vous vraiment savoir ce qui se passe sur notre planète ?

Seulement l’initié sera capable de comprendre ce qui sera dit ici, si vous ne connaissez pas «la Franc maçonnerie et ses adjacents» nous vous invitons à voir leur site GLDF ( GRANDE LOGE DE FRANCE ) ICI https://www.gldf.org/

Ont croit être libre. Alors pourquoi ont-ils mis un serpent sur la déclaration des droits de L’homme ?

En partageant un consortium d’informations, l’auteur du site ci-après Eveil-delaconscience vous demande d’avoir du discernement avec ce qui sera présenté, mais aussi avec les nombreux liens que nous apporterons dans le cours de nos propos. Si vous ne le faites pas, vous pourrez vous en mordre la queue, mais aussi reconsidérerez les choses que l’on vous expose au quotidien. Voir Paris capitale Maçonnique.

Entre la signification du serpent intitulé ‘ Ouroboros ‘, que vous pouvez retrouver dans diverses cultures, mais aussi dans de nombreux mouvement philosophique, vous pourrez constatez que plusieurs adjacents viennent s’imbriquer – Ils se rattache toujours à vouloir rassembler leurs idéologies et n’en faire plus qu’une.

  • Ésotérisme
  • illumination
  • New age
  • Lumière * Lucifer
  • Philosophie
  • Propagande
  • Religion
  • Satanisme
  • Société secrète

C’est un peu comme les présidents ou les religions inclus de part et d’autre dans le monde, ils suivent un courant qui aura toujours pour objet d’occulter l’histoire pour endormir autrui «les gens». Vous pouvez prendre ceci ainsi :  Ont croit être libre. Alors pourquoi ont-ils mis un serpent sur la déclaration des droits de L’homme, tandis que la plupart des symboles inclus sur la charte ou tendance à faire référence à l’ésotérisme, au satanisme, et à l’esclavage des hommes ?

→ Les symboles dont retranscription maçonnique, que nous pouvons retrouver sur la déclaration des droits de l’homme,  fonts partie intégrante de la charte. Je vous pose désormais cette question :

Quel son leurs véritables sens et en quoi cela peu nous diriger à y voir une conspiration, une manipulation ? En symbologie, vous avez un toujours un symbole, qui lui sera déposé la ou règne son influence. Vous n’avez plus qu’a suivre mes propos, et constater par vous mêmes sur les édifices et les lieux ou ils exercent leurs influences.

Remarques :

Quand un monde ne fait que répéter le passé, est-il est évidents de mettre des symboles mystiques et satanique ( qui eux ont une référence antérieure à notre soit disant présent ? )

Ne nous détrompons pas quand on parle de présent ; il faut se demander ou est le présent ou est le passé… :  Tout est découvert au fil du temps, comment peuvent ils dirent que nous somme arrivé a l’apogée ? Pour ne pas extrapoler au sujet de la chronologie, je serais vous je me demanderais pourquoi faut-il une charte dans tout domaine comme dans tout lieux ?

N’est-ce pas pour assouvir l’humanité à un système hégémonique instauré depuis des années ?

Article effectué en plusieurs points :

  1. Le serpent
  2. Les symboles ( ésotériques dont sataniques )
  3. Serpent dans la mythologie
  4. Signification et symbolisme
  5. Utilisations modernes
  6. Vidéo : Ouroboros

1.Le serpent :

Étend vicieux et la fois chasseurs le serpent a-t-il plus de signification que vont bien lui en donner ?

Remarquez que les signes dont symboles inclus à cette fresque on un sens ésotérique. Comme stipulé dans cette article 

Les élites ( soit dit illuminati )  non que faire du peuples. Ils uniformisent de plus en plus cette  idéologie ( – Philosophie maçonnique qui à pour but d’unifier le monde ).

Tout les présidents sont certainnement des Franc maçons.Et ceci à juste titre. Napoléon Bonaparte à assujettit une prise de pouvoir ( Révolution ) pour ensuite finir Président de la France.

N’en est-il pas de même pour les autres pays ?

Les Pères fondateurs des États-Unis (en anglais : the Founding Fathers) sont les hommes qui ont signé la Déclaration d’indépendance ou la Constitution des États-Unis, et ceux qui ont participé à la Révolution américaine comme Revolutionaries.

Considérés comme des héros aux États-Unis, ces hommes étaient principalement protestants, quelques-uns étaient athées, déiste, catholiques ou juifs. Par ailleurs, plusieurs pères étaient membres de la franc-maçonnerie.
Une grande partie des Pères fondateurs étaient protestants, et vingt-huit étaient épiscopaliens. D’autres se déclaraient déistes :

Benjamin Franklin, Thomas Jefferson, Thomas Paine et Ethan Allen). John Blair, Benjamin Franklin, James Mchenry, George Washington, Abraham Baldwin, Gunning Bedford, Jr., William Blount, David Brearley, Daniel Carroll, Jonathan Dayton, Rufus King, John Langdon, George Read, Roger Sherman, James Madison, Robert Morris, William Paterson et Charles Pinckney étaient francs-maçons

Regardez l’histoire de Hitler ( il a été chancelier de l’aigle royale en Allemagne )

Nous pouvons confirmer que La déclaration des droits de l’homme à été approuvé par des franc-maçons ( Dans une Loge maçonnique.)

Les symboles ( ésotériques dont sataniques ) suivants y sont présent.

Ont peut y voir :

  • 1 ange un déchus avec une chaine, dont l’autre avec une baguette ( nous démontrant que L’oie dirige tout )
  • L’Ouroboros ( serpent mystique )
  • L’oie  de providence comme bien d’autres symboles qui eux n’ont rien à faire sur la déclaration des droits de l’homme.
  • Les règles ( charte inclues dans la globalité )

Beaucoup de mythes utilise le serpent ( dont l’œil de Providence ) sous forme ésotérique, mystique. Regardez ce lien dont celui ci.

Faites vos recherches sur les divers points que nous vous présentons, vous pourrez constater que ce sera toujours les mêmes personnes qui utilisent ses symboles a des fins Mystique et satanique.

1 – Le caducée ( En médecine.etc.. )
Le serpent et le caducée - copie

2 – Le tableau de Adan et Eve avec le serpent.

Adan et eve - Le serpent -

3L’oie de providence et le sceau de 1 dollars  ( qui lui inclus un œil reptilien – on ne sous entend rien ! )

4 – L’organisation mondiale de la santé utilise le même sceau que Baphomet  ( représentation satanique ) : Remarquez entre les jambes de baphomet et le logos de L’OMS.

5Le logo de Darpa information waraness / DARPA : est un bureau mettant en commun différents projets du DARPA destinés à appliquer les TICs pour contrecarrer des menaces asymétriques à la sécurité nationale américaine. La mission de l’IAO était « Imaginer, développer, appliquer, intégrer, démontrer et évoluer des techniques informatiques, des composantes et des prototypes à l’intérieur de systèmes d’information en boucle fermée qui contrecarreront les menaces asymétriques en obtenant la connaissance complète de l’information. » )

Serpent dans la mythologie égyptienne :

De nombreuses déesses peuvent paraître sous forme d’un cobra irrité (uræus) (d’ailleurs, son nom est du féminin en ancien égyptien), à savoir :

  • Ouadjet, « la Verte », tutélaire de la couronne rouge de Basse-Égypte ;
  • l’uræus, incarnation de l’œil de Rê, protectrice des dieux et du roi, celle qui se dresse pour leur défense ;
  • Oupset, « la Brûlante », déesse flamme vénérée à Philae, forme particulière de Tefnout ;
  • Renenoutet, serpent nourricier, déesse des moissons ;
  • Meretseger, « Celle qui aime le silence », maîtresse de la nécropole thébaine.

Certains dieux pouvaient aussi prendre l’aspect d’un serpent autre que celui du cobra :

  • Atoum, également anguille ;
  • Nehebkaou, le « Maître des Kaou », le serpent mythique et nourricier des morts, dieu chtonien, parfois figuré avec deux têtes de serpent ;
  • Chai, dieu du destin.

Le mode de vie des serpents, grouillant dans l’eau ou se glissant dans des grottes terrestres, ondulant sur le sable et le cailloutis désertique, correspond à l’idée que les Anciens se faisaient de l’existence des êtres primordiaux. Aussi, les femelles des quatre couples préexistants d’Hermopolis sont-elles des serpents.

Apophis, enfin, énorme serpent divin, incarnant les forces primitives et c haotiques, est à identifier au gigantesque python de Séba, qui peut atteindre une longueur de six mètres et qui est capable d’attaquer et d’ingurgiter un être humain. Il a disparu d’Égypte, mais peuple encore l’Afrique au sud du Sahara.

Exemple ( Flag  ) :

États-unis - Flag of the United States Surgeon General

États-unis - First U.S. Navy Jack (traditional)  Flag of Martinique (unofficial)

Mexique - Flag_of_Mexico.svg

Regardons la définition d’ Un Ouroboros :

Un Ouroboros est le dessin d’un serpent ou d’un dragon qui se mord la queue. Il s’agit d’un mot de grec ancien οὐροϐóρος, latinisé sous la forme uroborus qui signifie littéralement « qui se mord la queue ».

Ce symbole apparaît souvent sous la forme d’un serpent se mordant la queue. Il représente le cycle éternel de la nature.

Antiquités occidentales et asiatiques :

C’est un symbole très ancien que l’on rencontre dans plusieurs cultures sur tous les continents.

La représentation la plus ancienne connue est sans doute une représentation égyptienne datant du XVIe siècle avant notre ère :

« Attesté en Mésopotamie, l’ourobore se rencontre surtout en Égypte, et ce depuis une période très ancienne : il est déjà mentionné dans les textes des pyramides. »

— Michèle Mertens

Les premières représentations figurées remontent à la XVIIIe dynastie : on en a notamment des exemples sur une des chapelles dorées de Toutânkhamon.

Par la suite, le motif est fréquemment employé : on le trouve sur les cercueils et sur les vignettes des papyrus dits mythologiques.

Sa forme circulaire a suscité diverses interprétations de la part des Égyptiens.Il semblerait qu’à l’origine on ait considéré l’orobore comme marquant la limite entre le Noun et le monde ordonné ; entourant la totalité du monde existant, il en vient tout naturellement à symboliser le cycle du temps et de l’éternité.

En outre, l’ourobore fut parfois représenté encerclant le soleil naissant à l’horizon du ciel, pour figurer la renaissance de l’astre du jour, chaque matin, au sortir du Noun. Il fut, dès lors, perçu comme un symbole de rajeunissement et de résurrection, d’où sa présence sur les cercueils.

Il semble qu’on lui ait parfois attribué un rôle de protecteur. Par ailleurs, puisqu’il se mange la queue, on l’a aussi considéré comme un symbole d’autodestruction et d’anéantissement. Cependant, les dragons de la culture chinoise Hongshan (-4700 / -2600), appelés dragon-cochon (猪龍, zhulong, en chinois et Pig dragon en anglais) faits en jade ont pu inspirer les représentations anciennes grâce aux échanges nés de la route de la soie.

Les Phéniciens ont probablement hérité ces représentations des Égyptiens, et les ont à leur tour transmises aux Grecs qui leur ont donné le nom qu’on leur connaît.

Mythologie nordique :

Le serpent Jörmungand de la mythologie nordique est l’un des trois enfants de Loki. Il a grandi à un point tel qu’il encercle le monde et peut saisir sa queue dans sa bouche, maintenant ainsi les océans en place.

Dans les légendes de Ragnar Lodbrok, le roi de Götaland Herraud donne comme cadeau à sa fille Þora un petit dragon (Lindworm) qui, en grandissant, encercla le pavillon de la fille en avalant sa queue.Le serpent est tué par Ragnar Lodbrok qui se mariera avec Þora. Ragnar aura plus tard un fils (d’une autre femme, Kraka), qui naît avec l’image d’un serpent blanc dans un œil, ce qui lui vaudra le nom de Siegfried Œil de Serpent ; ce serpent encercle son iris en avalant sa queue.

On peut rajouter au niveau de la signification symbolique qu’il représente le début et la fin de toutes choses. C’est donc un symbole d’espoir et de renouveau.

Traditions védiques :

Dans le brahmanisme, on présente sous la forme d’un serpent titanesque à plusieurs têtes, une divinité appelée Shesha qui représente la succession des univers.

Une tradition de l’Océan indien, d’inspiration védique et européenne, décrit le père du dieu Kérdik comme un dieu-serpent nommé Paradis, et entourant le jardin des dieux pour le protéger des créatures indignes.

Le mot Paradis vient du persan pairi daēza, qui signifie « enceinte royale ». Cette étymologie donnerait une explication au nom du père du dieu.

Autres mythologies :

Le dragon circulaire est aussi présent dans la mythologie indienne, en encerclant la tortue qui supporte les quatre éléphants qui portent le monde.

L’Ouroboros apparait également dans les mythologies aztèques et nord-américaines, en Australie dans le Tjukurpa sous le nom de Waagal, Wagyl ou Yurlungur même si ce dernier ne se mord pas constamment la queue.

Enfin, pour les adeptes satanistes, l’ouroboros représente le démondieu Léviathan, le serpent du vide et du chaos initial.

Le serpent (ou le dragon parfois) qui se mord la queue, symbolise un cycle d’évolution refermé sur lui-même.

Signification et symbolisme :

Alchimie- ouroboros - Reggenza_Italiana_del_Carnaro

Ce symbole renferme en même temps les idées de mouvement, de continuité, d’autofécondation et, en conséquence, d’éternel retour.

Cette connotation de circularité et d’indécidabilité fit du serpent Ouroboros le symbole des paradoxes qui, comme lui, se « mangent la queue », comme dans la formule « Cette phrase est fausse », variante du paradoxe d’Épiménide-le-Crétois (Je mens) :

il y a du vrai dans le faux, et du faux dans le vrai, un enchevêtrement indémaillable des causes et des conséquences.

La forme circulaire de l’image a donné lieu à une autre interprétation : l’union du monde chthonien (du grec khthôn : « qui est né de la terre », qualificatif appliqués aux dieux infernaux), figuré par le serpent, et celui du monde céleste, figuré par le cercle. Cette interprétation serait confirmée par le fait que l’ouroboros, dans certaines représentations serait moitié noir, moitié blanc. Il signifierait ainsi l’union de deux principes opposés, soit le ciel et la terre, soit le bien et le mal, soit le jour et la nuit, soit le Yang et le Yin chinois, et toutes les valeurs dont ces opposés sont les porteurs. Une autre opposition apparait dans une interprétation à deux niveaux : le serpent qui se mord la queue, en dessinant une forme circulaire, rompt avec une évolution linéaire, marque un changement tel qu’il semble émerger à un niveau d’être supérieur, le niveau de l’être céleste ou spiritualisé, symbolisé par le cercle ; il transcende ainsi le niveau de l’animalité, pour avancer dans le sens de la plus fondamentale pulsion de vie ; mais cette interprétation ascendante ne repose que sur la symbolique du cercle, figure d’une perfection céleste.

Au contraire, le serpent qui se mord la queue, qui ne cesse de tourner sur lui-même, s’enferme dans son propre cycle, évoque la roue des existences, le Samsâra, comme condamné à ne jamais échapper à son cycle pour s’élever à un niveau supérieur : il symbolise alors le perpétuel retour, le cercle indéfini des renaissances, la continuelle répétition, qui trahit la prédominance d’une fondamentale pulsion de mort.

Héraldique

En héraldique, on retrouve cette figure qui se blasonne : serpent ou plus rarement dragon plié en rond.

Alchimie gréco-égyptienne, et Kekulé :

En alchimie, l’ouroboros est un sceau purificateur. Il symbolise en effet l’éternelle unité de toutes choses, incarnant le cycle de la vie (naissance) et la mort.

On doit à Zosime de Panopolis, le premier grand alchimiste gréco-égyptien (vers 300) la fameuse formule :

« Un [est] le Tout, par lui le Tout et vers lui [retourne] le Tout ; ; et si l’Un ne contient pas le Tout, le Tout n’est rien (Ἓν τὸ πᾶν καὶ δι’ αὐτοῦ τὸ πᾶν καὶ εἰς αὐτὸ τὸ πᾶν καὶ εἰ μὴ ἒχοι τὸ πᾶν οὐδέν ἐστιν τὸ πᾶν). Un est le serpent l’ouroboros, le serpent qui mord sa queue], celui qui possède l’ios [la teinture en violet ?, dernière étape de la transmutation après le noircissement, le blanchiment] après les deux traitements [noircissement et blanchissement ?]. Cette formule est accompagnée du diagramme de l’ouroboros. »

D’après Michèle Mertens :

« Attesté aussi en Mésopotamie, l’ourobore se rencontre surtout en Égypte, et ce depuis une période très ancienne : il est déjà mentionné dans les Textes des Pyramides.

Les premières représentations figurées remontent à la XVIIIe dynastie. Selon Leisagang, il symbolise « le cycle de tout devenir avec son double rythme : le développement de l’Un dans le Tout et le retour du Tout à l’Un ».

Zosime est le premier alchimiste à faire usage de l’ourobore. La formule Ἓν τὸ πᾶν n’est pas de Zosime. Zosime lui-même l’impute au fondateur éponyme de l’alchimie, le mythique Chymès ».

Le chimiste August Kekulé a affirmé que c’est un anneau en forme d’ouroboros qui a inspiré sa découverte de la structure du benzène, modèle qui lui aurait été inspiré par la vision onirique d’un Ouroboros.

D’où son exhortation célèbre à ses collègues : « pour comprendre, apprenons à rêver ! »

Satanisme :

illuminés de l'année 2013 fran macon

Parfois présent dans les symboliques satanistes, car d’après leurs adeptes, le serpent (ou dragon), en se mordant la queue, s’inocule son venin et donc s’assagit par lui-même, par l’absorption des connaissances fondamentales de toutes choses et de toute vérité, le venin en est la substance figurée.

De plus le caractère chthonien s’oppose avec le caractère céleste et donc s’assimile à l’opposition : Satan (monde souterrain) et Dieu (monde céleste).

Utilisations modernes :

  • Dans l’œuvre de Michael Ende, L’histoire sans fin, la petite impératrice confie à Atreju, puis à Bastien, un médaillon appelé Auryn en forme de double Ouroboros.
  • Le symbole se retrouve sur la couverture du livre trouvé au début par Bastien, et sous forme de fontaine, à la fin, et fait état de l’idée d’éternel recommencement et des mises en abîme présentes (entre autres) dans le livre.
  • Dans le livre de Raymond Khoury, Eternalis (2008), il est sujet d’un mystère autour de l’ouroboros.
  • Dans le cycle du Monde comme mythe, de Robert A. Heinlein, et en particulier Au-delà du crépuscule, le « cercle de l’Ouroboros » est une assemblée de personnages de différents univers de fiction, en lutte contre le chaos introduit par les auteurs.
  • Dans le roman Le Symbole perdu de Dan Brown, l’ouroboros apparait.
  • Ouroboros est cité dans la fanfiction de Tira Nog : Resilience, chapitre 7. Dans ce chapitre est également mentionné l’épisode de X-Files où il est question de ce serpent.
  • Dans la série Eternels d’Alyson Noël, les personnages portant un tatouage représentant un ouroboros apparaissant et disparaissant sont des immortels qui se sont tournés du mauvais côté.

Séries télévisées, bandes dessinées et mangas :

  • Ce signe occupe une grande place dans la série MillenniuM, où il sert de symbole à la destruction apocalyptique du monde avant sa renaissance. Ce symbole sert de logo pour la série.
  • Dans la série télévisée X-Files, l’agent spécial Dana Scully, interprété par Gillian Anderson, porte un ouroboros tatoué au bas du dos dans le 13e épisode de la 4e saison, Jamais plus (Never Again).
  • Dans la série Invisible Man, le héros, Darien Fawkes (joué par Vincent Ventresca), possède un ouroboros sur le poignet droit qui se colore du vert au rouge lorsqu’il active la glande qui lui confère la capacité de devenir invisible.
  • De même, dans la série Le Caméléon, Mr Lyle a un ouroboros tatoué sur son bras dans l’épisode 14 Que la lumière soit (Agent of year zero) de la 4e saison. Ce tatouage lie Mr Lyle à un colonel cambodgien, Thon, qui fut assassin au service de Pol Pot, l’ouroboros étant, selon la série, le symbole cambodgien du cannibalisme.
  • Dans la série Charmed, Alyssa Milano, alias Phoebe, porte au poignet droit un tatouage représentant un ouroboros à partir de la saison 3.

Jeux :

  • Dans le jeu vidéo Golden Sun : Obscure aurore, il est question d’un labyrinthe (dont la fin est un ouroboros en « roche volante »)
  •  Yu-Gi-Oh!,
  • SoulCalibur III
  • OSE Online
  • Dans le jeu « Assassin’s Creed III » l’amulette permettant d’ouvrir la porte de « l’oeil » de minerve, dans le grand temple a la forme d’un ouroboros.
  • Le symbole du jeu « The Elder Scrolls Online » est un ouroboros de 3 serpents à tête de lion, dragon et aigle représentant les 3 factions du jeu.

Vidéos :

Ouroboros 01/ 04 : La chute de l’homme et le grand secret du mythe d’Osiris.

https://www.youtube.com/watch?v=q4AGFePbld8

Si vous constatez tout ce qui vous entourent et chercher vraiment la vérité, vous vous détacherez de cette matrice illusoire et ferez en sorte de ne plus jamais vous mordre la queue – comme inscrit sur la déclaration des droits de l’homme, et comme les initiées que vous avez mis en place cherchent à faire depuis des siècles.

Vous devez avoir vos propres opinons et ne pas être esclave des choses que l’on vous présente, et que l’on vous donne comme bénéfique, ce n’est peut-être pas le cas.

Quand les hommes cesseront de se mentir, ils cesseront de mentir aux autres. Ce sera le commencement de la véritable humanité.C’est ce que nous défendons.

Nous n’attaquons pas,nous exposons. Nous décrivons plusieurs phénomènes. Rien de plus. ».

Partager ce savoir à vos proches.

Paix et sincérité à tous !

Eveil-delaconscience