Technologie secrète : Jean-Pierre Petit et la MHD ( Magnétohydrodynamique )

Les USA ont travaillé en secret sur une nouvelle génération d’avion spatiaux. Au début des années 1990 les services secrets russes ont découvert que les États-Unis testaient un avion top-secret dans une de ses bases aériennes (la date colle. Il s’agissait des premiers essais d’Aurora à Groom lake. Ceci se réfère à la photo du sillage « en pointillé » prise par un témoin et qui est commentée et expliqué dans mon livre ). Les américains ont développé des mesures de sécurité exceptionnelles autour de cet appareil, qui n’a été testé que de nuit (sauf le jour où cette photo a pu être prise ).

Les Russes n’ont pas réussi à voir cet appareil, appelé Aurora , ni à le photographier. Cet appareil mystérieux serait censé voler à 40 km d’altitude et plus (en fait 60. Il est même stallisable). Les scientifiques pensent qu’il peut voler à Mach 6, à 7200 km/h et même plus (en fait à dix mille). Les performances de cet appareil sont dues à la puissance de ses moteurs et au dessin de son fuselage et de ses ailes ( non. Les moteurs ne sont pas excessivement puissants. Aurora est basé sur un secret qui sera révélé dans le livre à paraître le 2 janvier). Cet appareil est furtif ( oh que oui ! )

La magnétohydrodynamique ( MHD ) est une discipline scientifique qui décrit le comportement d’un fluide conducteur du courant électrique ( liquide ou gaz ionisé appelé plasma ) en présence de champs électromagnétiques.

C’est une généralisation de l’hydrodynamique (appelée plus communément mécanique des fluides, définie par les équations de Navier-Stokes) couplée à l’électromagnétisme (équations de Maxwell). Entre la mécanique des fluides « classique » et la magnétohydrodynamique, se situe l’électrohydrodynamique ou mécanique des fluides ionisés en présence de champs électriques (électrostatique), mais sans champ magnétique.

Jean-Pierre Petit présente ici ce qu’il sait à propos des avions secrets américains au cours du 19ème Festival « Science Frontière » de Cavaillon ( France ), Janvier 2003.

A savoir *

La MHD ne résulte en rien de ce qui ce cache vraiment dans l’ombre : Les divers projets gouvernementaux sont désormais classifiés ( et ) ont malheureusement pour tâche de faire la guerre de pars et d’autres dans le monde. La plupart des innovations qui ont été payer par vos impôts ( en outre ) ne sont là que pour servir certaines entreprises ( qui elles se font toujours du profit sur notre dos tandis que certaines innovations telles que l’énergie libre est encore méconnue par l’humanité )

Ceci est un exemple, les hommes de l’ombre – sans ajouter les sociétés secrètes, les pays assujettit ( cas par cas), ne vous diront jamais ce qu’ils ont occulté pendant tant d’années. La technologie cachée est bien plus importante que simplement des propulseurs MHD.

La MHD n’est pas la même chose que l’antigravité, un avion normale ( vous savez comment décolle et atterrit un avion conventionnel ) il ne peut faire un demi-tour faire du sur place à une certaine vitesse.

sur wikipédia nous pouvons lire que L’antigravité correspond à l’idée de la création d’un espace ou d’un objet libéré de la gravité.

Il ne s’agit pas de contrer la force de gravitation par une force opposée d’une nature différente, tel que le fait un ballon gonflé à l’hélium ; l’anti-gravité exige plutôt soit la disparition ou l’inhibition, soit l’inversion, soit la diminution des causes fondamentales de la force de gravitation vis-à-vis de l’espace ou de l’objet visé, par un moyen technologique quelconque. L’anti-gravité est un concept récurrent en science-fiction, particulièrement dans le domaine de la propulsion des engins spatiaux. Le concept a initialement été formalisé sous la forme de la cavorite dans Les Premiers Hommes dans la Lune d’H. G. Wells. Il est devenu depuis cette date un thème favori de technologie imaginaire.

Le phénomène inverse est la création d’une gravité artificielle :

Cela consiste à reproduire les effets de la gravité terrestre là où il n’y en a pas (par exemple dans les vaisseaux spatiaux) ou là où elle est réduite (par exemple sur la Lune). Dans plusieurs textes et films de science fiction et dans des applications réelles, une gravité artificielle est créée par l’utilisation de la force centrifuge en faisant tourner une station spatiale ou un vaisseau sur elle- ou lui-même. Les occupants ont ainsi tendance à être projetés sur les parois externes qui sont aménagées comme planchers.

Effets conventionnels imitant les effets de l’anti-gravité :

  • La lévitation magnétique suspend un objet malgré la gravité en recourant aux forces électromagnétiques. Bien que visuellement impressionnant, ce phénomène se déroule alors que la gravité fonctionne normalement avec des dispositifs. Divers dispositifs réputés anti-gravité fonctionnent probablement en réalité à base d’électromagnétisme.
  • Aux alentours d’un objet massif comme une étoile ou une planète, les forces de marée peuvent perturber la trajectoire d’un objet, qui peuvent apparaître comme des forces de répulsion ou de distorsion lorsqu’on les observe localement. Il ne s’agit pas d’anti-gravité. Dans la mécanique newtonienne, la force de marée est l’effet des forces gravitationnelles des plus gros objets, qui diffère selon la variation de localisation des objets perturbés, suivant des parcours différents dans l’espace temps courbé négativement autour du corps le plus massif.
  • De grosses quantités de matière ordinaire peuvent être utilisées pour produire un champ gravitationnel qui compense les effets d’un autre champ gravitationnel, bien que l’intégralité de l’ensemble demeurera attiré par la source du champ le plus intense. Le physicien Robert L. Forward a proposé d’utiliser des masses de matière dégénérée pour compenser localement les forces de marée aux alentours d’une étoile à neutrons.
  • L’Ionocraft a été présenté comme capable de défier la gravité, alors qu’en fait, on utilise un type de propulseur électrohydrodynamique qui utilise l’effet Biefeld-Brown pour planer en l’air. Ainsi, cela ne fonctionne pas dans le vide.

Procurer vous le livre de Jean Pierre Petit :

Ovnis et armes secrètes américaines

https://www.jp-petit.org/nouv_f/Livre_JPP.htm

Mots clés

AJAX
Albion
aliens
Area 51
Aurora
aviation
CIA
B2
black programs
Brighton
CNRS
Concorde
Don Quixote
Edwards base
England
Euronaval
Europe
Groom lake
HyperSoar
Hypersonic
Jean-Pierre Petit
Magnetohydrodynamics
MHD
Michèle Alliot-Marie
Northrop Grumman
Pierre Guérin
Roswell
Russia
Science Frontiere Festival
Spearfish
SQWAL
Secret of the Swordfish
schockwave
scramjet
stealth
torpedos
transonic
UFO
Ummites
United States
V Bombers

Vous avez aimé cet article ?

Partagez ce savoir sur vos réseaux sociaux en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Paix et sincérité à tous !

Eveil-delaconscience

%d blogueurs aiment cette page :