Une équipe de l’Université de Californie a injecter « le sang des jeunes » sur des souris pour inverser le processus de vieillissement

Médecine - souris


La notion de vieillissement décrit une ou plusieurs modifications fonctionnelles diminuant progressivement l’aptitude d’un objet, d’une information ou d’un organisme à assurer ses fonctions.«»

Hans Baldung Grien : Les Âges et la Mort, c. 1540-1543

Dans le cas d’un organisme vivant (être humain par exemple), c’est le processus – naturel ou exacerbé par divers stress subis in utero ou au long de la vie – qui conduit le plus souvent cet organisme à ne plus assurer son équilibre physiologique, ce qui conduit cet organisme à la mort.

Chez l’Homme, le vieillissement est un processus complexe, lent et progressif, qui implique divers facteurs biologiques, psychologiques et sociaux. Ces facteurs sont en partie génétiques (vieillissement intrinsèque), et pour partie liée à l’histoire de vie de chacun (facteurs externes de vieillissement, acquis ou subis). Le vieillissement de certaines cellules commence dès la naissance, voire in utero.

Chez l’Homme, par convention, on parle de vieillissement à partir d’un certain âge (l’âge « mûr »), avant de différencier le 3ème âge (65 –89 ans) du 4ème âge ou grand âge (> 90 ans). Parmi les autres définitions chronologiques, celle différenciant les jeunes vieux (65-75 ans), les vieux (75-85 ans) et les vieux vieux (au delà de 85 ans).

Sur le plan médical, les définitions chronologiques sont reléguées au second plan au profit de celles tenant compte du niveau de dépendance du sujet âgé. Sur le plan sociologique, les chercheurs cherchent à montrer que le vieillissement est un construit social. Les définitions chronologiques sont aussi placées au second plan pour mettre en avant le mode de vie de la personne âgée ou du senior.

Il existe donc plusieurs définitions du « vieillissement », selon l’approche dans laquelle on se place.

  • L’ensemble des phénomènes d’affaiblissement des fonctions physiologiques liés au vieillissement d’un organisme vivant constituent la sénescence (formé sur le mot latin : senex, « vieillard »). L’état pathologique résultant de la sénescence est la sénilité.
  • L’étude de la vieillesse et du vieillissement de l’Homme est la gérontologie (terme formé sur le mot grec geron, gerontos, « vieillard »).
  • La médecine de la vieillesse est la gériatrie.
  • On parle aussi d’une « société vieillissante » pour désigner la période durant laquelle le nombre de personnes âgées croît, suite à l’augmentation de l’espérance de vie et à la diminution des taux de natalité (inversion de la pyramide démographique dans certains pays tels l’Allemagne ou l’Estonie), observés sur presque toute la planète. Ce vieillissement de la population est devenu un sujet, socialement, politiquement et biologiquement préoccupant, qui explique une gérontologie biologique et sociale en plein essor, au moins dans les pays riches.
  • On peut enfin aussi parler du vieillissement (éventuellement prématuré) d’un organe (la peau exposée aux UV par exemple).

Contrairement au « jeunisme » (préférence pour la jeunesse), l’« âgisme » désigne la discrimination généralement négative vis-à-vis des personnes âgées.

transfusions de « sang jeune » contre le vieillissement du cerveau ?!

Voici les résultats d’une étude de chercheurs américains diffusée dimanche 4 mai dans la revue Nature Medicine.

FOOD/CHEMICALS-CANS

EXPÉRIENCE. Une équipe de l’Université de Californie a comparé l’effet d’injections répétées (huit en 24 jours) de plasma de souris jeunes (âgées de trois mois) et de plasma de souris âgées de 18 mois sur une population de souris elles-même âgées de 18 mois. A noter que la durée de vie moyenne d’une souris est de deux ans.

De meilleures performances cognitives :

Résultat, les transfusions de « sang jeune » ont amélioré les performances cognitives des souris testées, en terme de capacité à mémoriser et à apprendre des tâches, explique Nature dans un communiqué. L’un des tests consistait à mesurer la capacité des souris à se souvenir d’indices indiquant la position de plateformes cachées sous l’eau. « Les souris âgées traitées avec le plasma jeune pouvait localiser plus facilement la plateforme cachée », a expliqué M. Villeda par courriel à l’AFP.

PROTÉINÉ. En outre, si on dénature le « sang jeune » en le chauffant, ce qui a pour effet d’altérer la structure des protéines, avant de l’injecter aux souris vieilles, l’effet « dopant » sur les capacités cognitives ne se retrouve pas.

FOOD/CHEMICALS-CANS

L’injection de sang jeune contrecarre le vieillissement de l’hippocampe :

L’équipe a également constaté des changements dans la structure des cerveaux des souris, avec une augmentation du nombre de sites où les neurones établissent des connexions. « Nos données démontrent que l’injection de sang jeune contrecarre le vieillissement au niveau moléculaire, structurel, fonctionnel et cognitif de l’hippocampe », souligne l’étude.

L’hippocampe est une partie du cerveau particulièrement sensible au vieillissement et qui joue un rôle central dans la mémoire, notamment spatiale et l’orientation.

« Il y a sûrement quelque chose de spécial dans le sang jeune qui permet d’améliorer de nombreux aspects du vieillissement », a commenté pour l’AFP le principal signataire de l’article, Saul Villeda de l’Ecole de Médecine de l’Université de Californie à San Francisco. M. Villeda souligne toutefois que de nombreuses inconnues, parmi lesquelles les doses à administrer ou les risques encourus demeurent, doivent être précisées avant d’envisager une future expérimentation sur l’homme.

S’injecter le sang des jeunes pour ne pas vieillir ? non, ceci n’est pas un film d’horreur ;

4_Médecine et étude -transfusions de "sang jeune" contre le vieillissement du cerveau ?!

Inverser le processus de vieillissement semble depuis longtemps relever de la science-fiction. Trois études publiées ce dimanche 4 mai suggèrent désormais que ce problème pourrait en fait avoir une solution relativement simple: le sang des jeunes.

Cela ressemble au début d’un film de série B, mais ces études ont découvert qu’injecter du sang de jeunes souris dans des individus plus âgés peut changer certains effets du vieillissement.

Et les bénéfices sont conséquents: «des perfusions de sang jeune renversent des défaillances liées à l’âge en ce qui concerne la mémoire, l’apprentissage, les fonctions cérébrales, la force musculaire, et l’endurance», détaille le Guardian.

Les souris plus âgées ont paru se recharger de façon soudaine à partir du moment où elles ont reçu du sang neuf, et étaient par exemple capables de parcourir des labyrinthes beaucoup plus rapidement. La question de la durée des effets positifs reste posée dans la mesure où aucune des études ne s’est penchée sur ce problème, mais il semblerait qu’elle pourrait atteindre quelques semaines.

 «Leur fourrure a meilleure allure, elles font mieux leur toilette, elles semblent tout faire mieux», a affirmé Tony Wyss-Coray, le scientifique en charge de mener l’une des études, à USA Today. Et d’ajouter:

 «C’est pour nous une telle surprise, que quelque chose de si simple ait des effets spectactulaires sur tous les tissus du corps que nous avons examinés.»

Et le processus inverse est également vrai: du sang plus vieux fait vieillir prématurément les jeunes souris.

Deux des études ont été réalisées par le Stem Cell Institute d’Harvard, quand la troisième est le fruit d’un effort conjoint des chercheurs des universités de Stanford et de Californie, à San Francisco.

Les scientifiques pensent que la clé de ce rajeunissement est une protéine spécifique -une protéine que l’on peut aussi trouver dans le sang humain. Les cherhceurs espèrent obtenir l’autorisation d’effectuer des tests cliniques sur des humains dans les prochaines années, détaille le Los Angeles Times.

 «Nous pensons que, au moins en principe, il y aura un moyen de renverser certains effets du vieilissement avec une seule protéine», dit de son côté Lee Rubin, un professeur spécialiste des cellules souches et de la biologie régénérative à Harvard.

Les chercheurs en charge du projet sont pleinement conscients que leurs découvertes peuvent évoquer des images de Dracula et de vampires. «Vous ne pouvez pas boire le sang, a plaisanté Tony Wyss-Coray auprès de NBC. Mais sérieusement, si vous voulez essayer cela sur des humains, vous devriez avoir une transfusion. Et vous ne pouvez pas faire ça chez vous.»

Daniel Politi
Traduit et adapté par A.F.

cropped-18_Drogues-et-cie-les-billions-de-la-mondialisation-e1452238671944.jpg

Articles relatifs :

Ils veulent prolonger la vie – Initiative 2045

Le Transhumanisme en 2015 – Sociabilisation et adaptation – Documentaire Exclusif