Mexique : Les seigneurs du narco, ce sont aussi les banquiers, les hommes politiques…

1_Mexique - Les seigneurs du narco, ce sont aussi les banquiers, les hommes politique

Pendant cinq ans, la journaliste Anabel Hernandez a enquêté sur le monde de la drogue au Mexique. Ce qui l’a amenée à fréquenter aussi bien le petit malfrat que le chef d’entreprise, le haut fonctionnaire ou l’homme politique de haut rang.

Remarques :

Dans le documentaire ( ci-dessous ) nous pourrons voir que la politique dont les personnes travaillant pour les gouvernements divisent les gangs afin de garder le contrôle.

Que fait la civilisation face à ce fléau ? Et est-ce possible de se défendre quand le gouvernement est corrompus ?

Témoignages de Anabel Hernandez et co auteur du livre  » Les Seigneurs du narco  » :

(De Mexico) « Hallucinant » est un terme qui vient à l’esprit lorsqu’on lit Les Seigneurs du narco, le dernier livre de la journaliste mexicaine Anabel Hernandez. Mais le qualifier ainsi serait peut-être enlever du sérieux à cette enquête inédite de cinq ans et qui l’a amenée à fréquenter tant le mal famé que le costume-cravate.

L’inédit du livre n’est pas le récit des turpitudes des capos mexicains que la journaliste décrit à merveille. On n’est guère surpris des doses de viagra et de cocaïne que El Chapo (le petit) a consommées en prison de haute sécurité en 2001. Le plus puissant capo mexicain, membre de la très sélecte liste Forbes des milliardaires, était aussi le roi en prison, avant de s’en enfuir comme un prince.

Le seul talent du Chapo : savoir acheter les hauts fonctionnaires

La vraie surprise du livre, son plat de résistance, ce sont plutôt les descriptions de la corruption des plus hautes sphères de l’Etat mexicain avec le cartel du Pacifique, dit aussi cartel du Sinaloa ou la Fédération : autrement dit, le royaume du Chapo.

« Quand je parle des Seigneurs du narco, il s’agit des capos, des tueurs à gage, mais aussi des chefs d’entreprise, des banquiers et des hommes politiques. Ces hommes sont achetés par El Chapo pour le protéger et attaquer ses concurrents », raconte la journaliste.

Anabel Hernandez a commencé cette enquête fascinée par ce qu’elle nomme « le mythe qu’a créé le gouvernement sur El Chapo : un homme intelligent qui échappe toujours à la police. En réalité, son seul talent est de savoir acheter les hauts fonctionnaires. »

4_Mexique - Les seigneurs du narco, ce sont aussi les banquiers, les hommes politique

L’accusation n’est évidemment pas lancée à la légère, et la journaliste a plus d’une preuve dans son sac. Son livre, un succès de librairie au Mexique, n’a souffert aucun démenti ni attaque. Seul l’ancien président Fox a tweeté que « tout était faux ». Il faut dire qu’Anabel a plus particulièrement enquêté sur la fuite du Chapo d’une prison réputée infranchissable. Elle prouve que c’est bien la corruption à un haut niveau (jusqu’à Vicente Fox) qui lui a permis de se faire la belle, et non « un chariot de blanchisserie » comme l’assure la version officielle. « Fox dit que c’est faux, mais qu’il nous explique alors l’origine de sa fortune soudaine », répond la journaliste qui avait déjà documenté la corruption des années Fox dans le livre La famille présidentielle.

« Nous avons des tas de preuves que l’Etat mexicain protège ce cartel. Ce n’est pas nouveau comme pratique, mais cette fois, toute une institution comme celle de la police fédérale travaille des pieds à la tête à la botte d’un cartel. »

2_Mexique - Les seigneurs du narco, ce sont aussi les banquiers, les hommes politiques

3_Mexique - Les seigneurs du narco, ce sont aussi les banquiers, les hommes politique

5_Mexique - Les seigneurs du narco, ce sont aussi les banquiers, les hommes politique

Le syndrome taliban

Les Etats-Unis ne sont pas oubliés dans ce brûlot : si le grand voisin du nord est aujourd’hui très inquiet du chaos à ses portes (35 000 morts en cinq ans de guerre), il est en partie responsable de ce marasme. Encore le syndrome taliban…

Anabel Hernandez rappelle un épisode clef aujourd’hui presque oublié : lorsque, dans les années 80, avec Reagan et Georges Bush père à la Maison blanche, une fameuse « menace communiste en Amérique centrale » a justifié un pacte entre la CIA et les narcos mexicains. La CIA cherche alors à détourner l’interdiction du Congrès américain de financer les groupes paramilitaires de droite en Amérique centrale. L’idée géniale des services secrets américains, révélée plus tard par leurs collègues de l’office en charge de lutter contre la drogue (la DEA), était de transporter la cocaïne jusqu’aux Etats-Unis en échange des services des narcos pour livrer en armes et en dollars les contre-révolutionnaires (« Contras ») au Nicaragua. La CIA a également utilisé des camps d’entraînement narcos au Mexique pour former les Contras.

« Est-il étonnant de constater que le cartel qui a travaillé main dans la main avec la CIA soit aujourd’hui le cartel le plus puissant et le plus infiltré dans le gouvernement mexicain ? », s’interroge la journaliste.

La corruption implique aussi le pouvoir économique. « Il existe un système bancaire occulte, avec des livres de comptes parallèles pour garder la fortune des narcos. Ils arrivent même à faire jouer la concurrence entre banques pour baisser les tarifs bancaires », explique la journaliste.

6_Mexique - Les seigneurs du narco, ce sont aussi les banquiers, les hommes politique

Depuis la sortie de son livre, Anabel Hernandez a dénoncé un plan destiné à l’assassiner, concocté dans les hautes sphères policières du pays. La menace a été prise suffisamment au sérieux pour qu’elle bénéficie d’une protection. Le Mexique est aussi le pays le plus meurtrier avec le Pakistan pour les journalistes. Et dans au moins 60% des cas, l’attaque ne vient pas des narcos, mais des autorités qui n’aiment guère être citées dans des enquêtes sérieuses. L’organisation italienne de lutte contre la mafia Libera défend son cas et l’invite en mars en Italie.

le 08 février 2011 à 08h06

Les Seigneurs du narco (Los señores del narco), Anabel Hernandez, Grijalbo actualidad, novembre 2010

Documentaire Français :

Le Trafic De Drogue En Mexico (Complet)

Voir aussi :

1_Rosario - le côté obscure de L'Argentine - Violence, Drugs, and Football ?!

En ses temps , Informer est une chose difficile à faire. Beaucoup trop de personnes mentent pour se faire du profit.

Partagez l’ article sur vos réseaux sociaux en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Paix et sincérité à tous !

Eveil-delaconscience

%d blogueurs aiment cette page :