L’armée américaine investit 60 M$ pour mettre au point un soldat cyborg

60 millions de dollars sur 4 ans, c’est le montant que la DARPA va injecter dans le programme de recherche NESD (Neural Engineering System Design) Il s’agit d’une interface neuronale qui pourrait bien « équiper » les soldats américains dans le futur. Un implant posé sur le cerveau qui va leur permettre de communiquer avec des équipements biocompatibles. Des armes, des moyens de communication ou un exosquelette contrôlé par la pensée, c’est l’objectif visé par l’armée américaine.

Un implant neuronal de 1 million d’électrodes sur un centimètre cube

Voici quelques années, les images de Cathy Hutchinson, une patiente tétraplégique ont fait le tour des médias. Grâce à un implant cérébrale, celle-ci parvenait à contrôler un robot afin d’effectuer des tâches simples.L’interface neuronale directe (IND ou BCI pour brain-computer interface) qui a été posée sur le cerveau de Cathy Hutchinson qui a été conçue par l’équipe de recherche BrainGate compte 96 électrodes. L’ambition de la DARPA, bras armé de l’armée américaine dans la recherche, va bien au-delà. L’implant dont elle souhaite disposer dans 4 ans devra compter… 1 million d’électrodes.

Une électrode par neurone afin de permettre des interactions élaborées

Une telle puce qui ne devra mesurer qu’un centimètre cube permettra une bien meilleure résolution et donc sera potentiellement capable d’interactions bien plus complexes que les implants actuels ou chaque électrode correspond à plusieurs milliers de neurones. Une électrode pour un neurone, c’est l’objectif du projet.

La DARPA travaille sur ce type d’implant depuis les année 70. Avec le programme NESD et son budget plus que confortable, les chercheurs devaient pouvoir faire un bond en avant dans le domaine des interfaces neuronales directes. Début février 2016, la DARPA a réuni à Arlington les entreprises et chercheurs susceptibles de participer au programme afin de leur présenter les objectifs du NESD. Rendez-vous en 2020 pour voir l’implant à l’oeuvre si la DARPA trouve un cobaye prêt à se voir greffer cette puce neuronale « haute définition ».

Source : « Bridging the Bio-Electronic Divide », Communiqué de la DARPA, 19 janvier 2016

Partager ce savoir à vos proches.

Paix et sincérité à tous !

Eveil-delaconscience

Laisser un commentaire