IA

Introduction

1 Les matériaux synthétiques ( TECHNOLOGIES)…

Historique : Un vaccin / Adénovirus 

3 Historique : Nanomédecine et Nanotechnologies dans les vaccins ( thérapie génique)

4 Des technologies DANS LES VACCINS

5 Test PCR – coton tige- Biosensor et Nantotechnologie

6 Des docteurs et députés parlent !

7 Liens opaques entre médecins et laboratoires

8 Rapports et Brevet prouvant la véracité des faits ( comme je le mentionne dans les

9 Rapports / Documents / Vidéos en liaison avec les technologies dans les vaccins Covid19

10 Rapports de Récapitulatif des Preuves irréfutables de la présence de graphène et de nano/micro-technologies dans les injections CoqueVide – http://xochipelli.fr

11 Rapport de Corono inspect – mik Anderson

12 Effets indésirables Vaccins Covid 19

13 Le site de Pigeon pige tout sur le graphène ( explosif)

14 Applications à venir

15 Entreprises de recherches NBIC ( en cours..)

Introduction

1 Les matériaux synthétiques ( TECHNOLOGIES)…

Historique : Un vaccin / Adénovirus 

3 Historique : Nanomédecine et Nanotechnologies dans les vaccins ( thérapie génique)

4 Des technologies DANS LES VACCINS

5 Test PCR – coton tige- Biosensor et Nantotechnologie

6 Des docteurs et députés parlent !

7 Liens opaques entre médecins et laboratoires

8 Rapports et Brevet prouvant la véracité des faits ( comme je le mentionne dans les

9 Rapports / Documents / Vidéos en liaison avec les technologies dans les vaccins Covid19

10 Rapports de Récapitulatif des Preuves irréfutables de la présence de graphène et de nano/micro-technologies dans les injections CoqueVide – http://xochipelli.fr

11 Rapport de Corono inspect – mik Anderson

12 Effets indésirables Vaccins Covid 19

13 Le site de Pigeon pige tout sur le graphène ( explosif)

14 Applications à venir

15 Entreprises de recherches NBIC ( en cours..)

Introduction

 

J’atteste ici, avec de multiples chapitres, qu’il y existe bel et bien des technologies dans les vaccins ( administrés à travers une crise sanitaire-épidémie).  Je vous fournis, ici, toutes les recherches que j’ai effectués aux sujet des vaccins covid19. Mes précédentes publications sur le site, atteste aussi qu’il existe divers projets qui finissent par se rejoindre et ne faire plus qu’un. Ceci est une synthèse

À travers des articles et des références, l’épidémie de 2019 ma ouvert de nouvelles opportunités, cela en ajoutant de nouvelles données à ma base de recherche, mais aussi ouvert l’esprit sur des sujets qui devrait être compris par tous.

Sachez que « la médecine nous guéris pas, elle vous modifie génétiquement à travers les innovations issues de la chimie et de l’informatique; l’ère mi être humain (de chair) synthétique ( de synthèse) – comme l’atteste Ray kurzwell et Klaus schaub. La nanomédecine, la biotechnologie, et les NBIC le permettent déjà.

Je mentionnerais dans d’autres chapitres les : Think thant et groupe de réflexion (ceux qui écrivent la feuille de route pour les décideurs comme le WEF – DAVOS – L’EU – L’ONU ET SES FILIALES OMS – GAVI MC KINSEY- BLACK ROCK – OPEN SOCIETY – ROCKEFELLER LOCKED STEP )

Toutes les références :

livres

rapports

vidéos/ conférences

seront exposés et répertorié par ordre Alphabétique – A/Z et dans chaque chapitres (cela vous aidera à faire les liens )

Considéré « Les chapitres comme des points qui se relient, telles des nanoparticules ou du graphène. »

1 Les matériaux synthétiques (Technologies)

Une substance est artificielle si elle est fabriquée par l’Homme et qu‘elle n’existe pas dans la nature. Ex : le polyéthylène (plastique). Une substance artificielle est synthétique.

 

T

Les matériaux synthétiques - Élément synthétique - chimie

En chimie, un élément synthétique est un élément chimique absent du milieu naturel et qui, pour être observé, doit être produit artificiellement par une réaction nucléaire. Il peut s’agir d’éléments qui étaient présents lors de la formation de la Terre mais se sont désintégrés depuis lors, ou bien d’éléments trop lourds pour avoir pu être formés par nucléosynthèse stellaire — hormis, dans certains cas, lors d’explosions de supernovae. À la première catégorie appartiennent tous les éléments synthétiques de numéro atomique allant jusqu’à 94 (qui correspond au plutonium) et dont aucun isotope n’a une durée de vie supérieure à 400 millions d’années (1 ⁄10 de l’âge de la Terre) : ces éléments ne sont plus présents sur Terre qu’à l’état de traces, hormis ceux qui résultent de la désintégration du thorium ou de l’uranium et qui sont continuellement reformés (comme le radium, le radon et le polonium). À la seconde catégorie appartiennent tous les éléments dont le numéro atomique est strictement supérieur à 94.

Historique : Un vaccin / Adénovirus 

Le graphène a pu être extrait pour la première fois en 2004 par l’équipe d’Andre Geim à l’université de Manchester en Angleterre. Si la structure du graphène constitue un « cas d’école » dans le calcul de structure de bandes électroniques, on avait longtemps cru qu’une telle structure ne pouvait exister réellement.

Production

Le graphène se trouve à l’état naturel dans les cristaux de graphite (défini comme un empilement de feuilles de graphène). Plusieurs techniques ayant pour but de rendre le graphène exploitable ont vu le jour ces dernières années.

Depuis 2009, année où seulement deux sociétés (Graphene Industries et Graphene Works) étaient capables de le produire, de nombreux projets publics et privés ont vu le jour avec pour objectif de diminuer le coût, jusqu’alors prohibitif, du matériau. Parmi ces programmes, on peut citer une première tentative de Ningbo Moxi Co. Ltd5, qui se serait lancé en dans l’étude et la construction d’une ligne de production capable de fabriquer trente tonnes de graphène par an à un coût qui pourrait être inférieur à un dollar le gramme6.

 

 

 

"

Graphène, un immense (nano) pari | Reportage

3 Historique : Nanomédecine et Nanotechnologies dans les vaccins ( thérapie génique)

selon wikipédia :

La nanomédecine

est l’application médicale de la nanotechnologie et de la recherche apparentée. Elle couvre les domaines de l’administration de médicaments sous forme de nanoparticules et les possibles applications futures de la nanotechnologie moléculaire (MNT).

La thérapie génique

ou génothérapie est une stratégie thérapeutique qui consiste à faire pénétrer des gènes dans les cellules ou les tissus d’un individu pour traiter une maladie.

La thérapie génique vise à remplacer ou complémenter un allèle mutant défectueux par un allèle fonctionnel ou à surexprimer une protéine dont l’activité aurait un impact thérapeutique.

 

L’idée de l’utilisation de nanomédicaments est de modifier la distribution de la molécule active dans l’organisme, ce faisant il est alors théoriquement possible d’accumuler la molécule active sur ses sites d’actions pharmacologiques et de l’éloigner des sites sur lesquels elle pourrait avoir des effets non désirés ou effets secondaires. Les nanomédicaments, en plus d’améliorer l’efficacité du traitement, permettent aussi dans une certaine mesure d’améliorer le diagnostic, car ils peuvent apporter un élément détectable sur une zone d’intérêt comme une tumeur. Lorsque diagnostic et thérapeutique sont couplés dans le même système, on parle de « théranostique ». Les domaines d’application des nanomédecines en santé sont très variés, la cancérologie est un des domaines où l’on trouve le plus d’applications du fait des possibilités de ciblage, ou vectorisation, des tumeurs offertes par les nanoparticules.

Les objets thérapeutiques utilisés en nanomédecines ont une taille inférieure au micromètre et bien souvent inférieure à 200 nanomètres (200 milliardièmes de mètre). On trouve par exemple des nanoparticules, des nanocapsules, des liposomes, des micelles, ou des dendrimères qui sont issus des nanotechnologies.

Les nanoparticules peuvent résoudre de nombreux problèmes liés au traitement des tumeurs cancéreuses, comme :

  • une quantité des doses élevée d’agents chimiothérapeutiques injectés par voie intraveineuse qui sont toxiques en quantité élevée ;
  • et la résistance des cellules cancéreuses aux traitements (c’est-à-dire « multi-drug resistance ») par l’expression élevée de protéines de survie.

En raison de leur taille nanométrique, les nanoparticules peuvent facilement franchir des barrières et s’intégrer d’une façon unique avec des systèmes biologiques. Donc, on utilise les nanoparticules comme les liposomes, les micelles ou les dendrimères pour livrer les médicaments et les diriger vers les organes cibles.

 

Thérapie génique et société

Au début des années 2000, la thérapie génique était le plus souvent inefficace chez l’homme en raison de la combinaison de plusieurs paramètres : l’inefficacité des vecteurs à transduire un pourcentage important de cellules, la difficulté de créer des vecteurs qui permettent de reproduire les cinétiques complexes d’expression des gènes, parfois l’utilisation de gènes thérapeutiques inadéquats en raison d’erreurs conceptuelles concernant les mécanismes de la maladie, l’état de santé de certains patients pour lesquels la thérapie génique ne pourrait rien apporter de toute façon… Cette inefficacité rendaient plus aigües les considérations éthiques, sociologiques, et sécuritaires… avec une question sous-jacente : les recherches devaient-elles être arrêtées ? La poursuite de la recherche dans les vingt ans qui ont suivi ont néanmoins permis de mettre au point quelques traitements. Les problèmes liés au risque de diffusion du virus vecteur dans la population, ainsi que celui d’une transmission germinale (qui conduirait à transmettre à l’enfant du malade les nouveaux gènes lors de la fécondation) sont actuellement pratiquement inexistants, et les effets secondaires, s’ils restent dramatiques sur le plan humain, sont globalement très rares et ne justifient pas un arrêt des efforts de R & D. Les diverses instances impliquées dans le contrôle des essais en thérapie génique (l’ANSM en France, Le RAC aux États-Unis) ont adopté des cadres réglementaires permettant une protection optimale du patient et de son entourage, et on peut considérer aujourd’hui que la thérapie génique n’est « pas plus risquée » que les autres approches thérapeutiques expérimentales28.

Un problème sociologique et éthique, classique de toute approche médicale reposant sur la biotechnologie, est celui du coût et de l’effort financier que la société consent au développement de la thérapie génique. Encore inexistant d’un point de vue commercial, le coût de la thérapie génique est actuellement assuré par les organismes publics caritatifs ou gouvernementaux, et surtout par l’industrie. Considérée comme une thérapie de pays riches, ne pouvant pas faire état d’un bilan très positif ni médicalement ni commercialement, et face aux difficultés de financement de la recherche scientifique de nombreuses voix s’élèvent pour demander une redistribution de l’argent alloué à la thérapie génique, et arrêter les investigations. Dans les faits, le contexte n’est pas aussi manichéen que l’on pourrait imaginer. Par exemple, si le développement de la thérapie génique est le fait de pays riches, certaines études basent leur concept sur l’utilisation de vecteurs de type ADN nu (non viraux) qui pourraient être facilement produits, stockés, envoyés et de coût relativement bas permettant ainsi à des pays pauvres d’accéder à des traitements qui aujourd’hui reposent sur des approches médicamenteuses lourdes sur le plan financier.

Auto-expérimentation de Parrish

L’Américaine Elizabeth Parrish, PDG de BioViva, est le premier cas connu d’auto-expérimentation d’une thérapie génique. Elle est le « patient zéro » de la technologie de son entreprise, ciblant les caractéristiques du processus de vieillissement, dans une étude personnalisée N=1, à la fois critiquée et louée. Elle s’est rendue en Colombie pour l’administration de son traitement en raison de l’interdiction légale de la démarche par la Food and Drug Administration sur le territoire américain. Ce traitement par injection d’adénovirus lui aurait étendu les télomères leucocytaires. De nombreux spécialistes doutent des résultats en raison des marges d’erreur.

N

Praesent elementum est sit amet

Biotechnologies

L’OCDE définit la biotechnologie comme « l’application de la science et de la technologie à des organismes vivants, de même qu’à ses composantes, produits et modélisations, pour modifier des matériaux vivants ou non-vivants aux fins de la production de connaissances, de biens et de services »1,2.

La biotechnologie, ou « technologie de bioconversion » résulte, comme son nom l’indique, d’un mariage entre la science des êtres vivants – la biologie – et un ensemble de techniques nouvelles issues d’autres disciplines telles que la microbiologie, la biochimie, la biophysique, la génétique, la biologie moléculaire, l’informatique

Par abus de langage, on la restreint souvent au domaine du génie génétique et aux technologies issues de la transgénèse, permettant en particulier d’intervenir sur le patrimoine génétique des espèces pour le décrypter ou le modifier (voir organisme génétiquement modifié).

Dans le domaine de la santé (biotechnologies rouges)

 

Le secteur de la santé (humaine et vétérinaire) fait de plus en plus appel aux biotechnologies pour découvrir, tester et produire de nouveaux traitements, ex. : vaccins, protéines recombinantes, anticorps monoclonaux, thérapie cellulaire et génique (non-virale), vecteurs viraux, etc. Les biotechnologies sont également très utilisées pour diagnostiquer et pour mieux comprendre les causes des maladies. Cette tendance est de plus en plus marquée et transforme petit à petit le secteur de l’industrie pharmaceutique, comme le confirme l’arrivée de nombreux acteurs dont les innovations véhiculent un grand nombre de promesses pour les patients comme pour les médecins. Les enjeux du secteur s’en trouvent naturellement modifiés10, et à terme se pose également la question du contrôle des dépenses de santé, puisqu’un certain nombre de ces innovations est tourné vers une médecine « personnalisée », au coût relativement élevé car s’agit de développer des thérapies ciblées. Mais la prévention ainsi que l’ajustement préalable des choix thérapeutiques devraient compenser ces surcoûts, en offrant in fine la possibilité pour les patients d’être pris en charge en amont, et de manière plus efficace.

4 Des technologies DANS LES VACCINS : Documents de recherches

 1

 

Analysis of test sticks from surface testing in the Slovak Republic - confirmation of genocide.

 

 

Des nanotechnologies DANS LES VACCINS ( rapports)

 

 

Praesent elementum est sit amet

N

In tincidunt at nulla at rutrum

Praesent elementum est sit amet

N

In tincidunt at nulla at rutrum

Praesent elementum est sit amet

N

In tincidunt at nulla at rutrum

5 Test PCR – coton tige- Biosensor et Nanotechnologie

Quand on ne parle pas de kary mullis, qui explique que les test PCR ne sont pas fiables pour les virus, l’on ne parle pas plus des Biosensor inclus dans les Écouvillons. Les études aux sujet des bactéires ou virus relève de la chimie de synthèse pour pouvoir anlayser un produit ou matériaux à l’echelle nanométrique.

polymérase ou acide nucléique, ne sont que des produits issues de laboratoires.

Kary Bank Mullis, né le à Lenoir (Caroline du Nord) et mort le 1 à Newport Beach (Californie), est un biochimiste américain.

Il a reçu le prix Nobel de chimie (co-attribué à Michael Smith) en 1993 pour l’invention de la réaction en chaîne par polymérase2.

Documents de recherches :

 

The analysis was performed in the months November 2020 to March 2021 on test sticks in sets. SD Biosensor, Abbott and Nadal in an unnamed hospital laboratory from Bratislava, Slovakia. The test swabs were from the sets used in surface testing in Slovakia and in hospitals.
Anyone who has at least a standard school microscope and a test microscope can verify the information regarding the test swabs published here. All information about test swabs, Darpa Hydrogels, and lithium is publicly available in scientific and corporate work. Links to some are at the end of the document.
From this information it is clear that test sticks are a criminal tool of genocide in the population of Slovakia. This is a worldwide, thoughtful and carefully prepared event.

N

Praesent elementum est sit amet

6 Des docteurs et députés parlent !

La vocation du journalisme, dans le respect de la charte de Munich, est entre autres de recueillir, analyser, vérifier, les informations de toutes origines afin de fournir une information loyale au lecteur. Nous offrons à nos invités la possibilité d’émettre des opinions ou analyses, qui peuvent parfois ne pas faire consensus et ne sont pas forcément soutenu par Jeanne Traduction.

Titulaire d’un doctorat en médecine (équivalent américain) de l’université de médecine pédiatrique de Saint-Pétersbourg, le Dr Valentina Kiseleva est un expert indépendant en matière de bioéthique et de biosécurité. Elle a notamment été le conseiller personnel du chef de la mission de Médecins sans frontières en Russie. Elle a participé à de nombreux processus législatifs touchant à la santé et possède une vaste expérience aux États-Unis, en Russie et en Europe dans le domaine du diagnostic différentiel, à savoir la détection des erreurs médicales et la recommandation de traitements appropriés. C’est ce qu’elle fait actuellement dans le cadre du covid-19.

Carrie Madej : des particules inconnues observées dans les flacons des injections ARNm

 

Dans cet interview du 29 septembre 2021? Carrie Madej décrit les étranges particules jamais vues auparavant et qu’elle a pu observer au microscope en analysant le contenu des injections ARNm de Moderna et Johnson & Johnson…
C’est très inquiétant…
Lien vers la vidéo d’origine :https://www.bitchute.com/video/yDNQBOTkr1Fs/

 

La vaccination est la vraie pandémie, selon la rédactrice en chef du magazine Wochenblick

 

Pas de pandémie médicale !

 

🌐💉 La CDC, le Dr. Fauci et CNN admettent tous en cœur que les vaccinés propagent autant le Covid19 que les non vaccinés… Difficile de faire plus clair !

7 Liens opaques entre médecins et laboratoires – lefigaro.fr

 

 

 

Le rapport pointe aussi des «rémunérations déguisées» des membres du Conseil national de l’Ordre des médecins, qui auraient atteint, selon Le Canard enchaîné, jusqu’à 90.000 euros par an pour certains membres du Conseil. De son côté, le Conseil national affirme qu’il «reconnaît et revendique l’augmentation mécanique du montant des indemnités», signe «de l’activité renforcée du Conseil». Il affirme en outre avoir pris des mesures «pour rationaliser l’ensemble des processus d’indemnisation et de remboursement des frais», qui ont une «base juridique», affirme l’Ordre, contrairement à ce qu’affirme Le Canard.

https://www.lefigaro.fr/conjoncture/2019/02/27/20002-20190227ARTFIG00149-remunerations-deguisees-approximations-l-ordre-des-medecins-epingle-par-la-cour-des-comptes.php

 

N

8 RAPPORTS

ET BREVETS

 

 

Nanoparticule Substances chimiques et agents biologiques recherches et risques r-586

Une nouvelle révolution industrielle est amorcée autour des nanotechnologies. Les applications devraient permettre d’améliorer de façon substantielle les performances de multiples produits et favoriser le développement économique, l’amélioration de la qualité de vie et la protection de
l’environnement. La très petite taille des nanoparticules de synthèse (NP < 100 nanomètres) leur confère des propriétés uniques qui ne se retrouv ent pas chez les produits de même composition chimique mais de plus grande taille.

http://www.irsst.qc.ca/media/documents/pubirsst/r-586.pdf?i=0&redirected=1

N

8 Effets indésirables Vaccins Covid 19

Dans ma publication « Des personnes ont écris des Livres contre les vaccin(s) »  j’apporte des preuves sur les effets indésirables. Dans le chapitre 8, je vous en apporte d’autres, à partir de vidéos et de conférences.

 

9 Le site de Pigeon pige tout sur le graphène

( explosif)

Ci-dessous, je vous redirige les recherches que pigeon pige tout.fr à fait aux sujets du graphene et des vaccins.

 

 

$

Son site internet

$

Sa chaine de productions

"

Ses vidéos

$

suite 6 - 7 - 8 - 9 -10 sur sa chaîne odysee *

10 Applications à venir

 

 

11 Entreprises de recherches NBIC

 

Je vous liste ici, les entreprises qui ont des projets en cours (validé). Pour le moment je ne dissocie pas celles qui existent déjà :

 

 

 

 

 

 

Praesent elementum est sit amet

N

In tincidunt at nulla at rutrum

Praesent elementum est sit amet

N

In tincidunt at nulla at rutrum

Praesent elementum est sit amet

N

In tincidunt at nulla at rutrum

Vous avez des recherches à me partagées ? Envoyez moi un mail via le formulaire de contact ci dessous.

3 + 15 =

Pin It on Pinterest

Shares
Share This
%d blogueurs aiment cette page :