Le Louvre : Palais des rois et Temple solaire – Promenade maçonnico-initiatique dans Paris par le Louvre

Que cela soit en cosmologie ou en matière de guide touristique, il faut un commencement à toute chose ; aussi débuterons-nous notre promenade maçonnico-initiatique dans Paris par le Louvre.

Les arguments en faveur de cette décision ne manquent pas. Tout d’abord, il faut bien commencer quelque part ; et Ie Louvre est un « quelque part » qui a le mérite d’être « incontournable » (d’ailleurs bien peu de personnes prennent le temps d’en faire réellement le tour), central et surtout splendide, ce qui ne sera – malheureusement – pas toujours le cas des sites que nous avons retenus.

Tout guide touristique parisien qui ferait  impasse sur le plus grand et le plus beau musée du monde mériterait amplement de sen ir de cale à un pied de meuble bancal. Il y a ensuite une raison « occulte » à un tel choix. Le palais des rois de France est au cæur de Paris, traversé par l’axe historique de la capitale et par le méridien de Paris, cet axe du monde qui lie les M1,stères de Paris au mythe (mais tout mythe est une vérité habillée de rêves) de l’Ultima Thulé. Ainsi, les brouillards parisiens un peu trop métissés par les gaz d’échappement se mêlent aux brumes pures de l’île blanche au nord du monde.

Le Louvre est, depuis la Renaissance, un extraordinaire N{utus Liber de pierre ciselée. Fabuleux livre muet, il expose sur ses murs des conceptions ésotériques fort éloignées du catholicisme que professaient officiellement les rois. Ici, la pierre exalte Apollon, Janus et Isis. C’est un gigantesque temple solaire et le centre d’un colossal zodiaque rayonnant sur Paris. Des monarques se sont fait – discrètement – les hérauts d’une antique religion, d’un savoir qui se prétendait antédiluvien, espérant ainsi mieux servir leurs propres intérêts, accroître leur propre gloire.

Mais qui veut souper avec le diable doit se munir d’une longue cuillère : dans leur orgueil les rois se croyaient les maîtres, ils ne furent que les dupes et les seniteurs, avant d’être les victimes quand l’immémorial monstre froid qu’ils avaient nourri leur préféra d’autres sectateurs plus dociles.

La Colonnade de Perrault ou les propylées du temple solaire :

Notre visite « initiatique » du Louvre commence rue de l’Amiral de Coligny, à l’est du palais. C’est le matin, quand les rayons d’or de I’astre solaire commencent à donner à la pierre sa chaude teinte blonde que l’on peut le mieux admirer la Colonnade dite de Perrault,du nom de Claude Perrault, l’architecte initié qui en imagina le tracé en recourant systématiquement au Nombre d’Or.

La façade orientale du palais royal devint ainsi, par le jeu grandiose des colonnes, les propylées d’un temple gigantesque dédié au dieu Soleil.Celui-ci est omniprésent et triomphant grâce à une abondante oeuvre sculptée où le génie artistique manie avec un rare bonheur un complexe vocabulaire occulte pour délivrer un extraordinaire message ésotérique. Ce que le touriste pressé et le Parisien blasé considèrent comme de la « décoration » est en réalité un manifeste crypté d’une religion et d’une philosophie n’ayant, bien souvent, que fort peu de rapports avec le christianisme.

C’est tout un florilège de dieux antiques (qui ne sont en fait que les allégories, les symboles d’une doctrine secrète), de représentations à caractère alchimique, astrologique, magique et – le grand mot est lâché I – maçonnique. Traversons la rue pour rencontrer notre première représentation

ésotérique. Le fronton central de la façade est décoré d’une « Minerve. entourée des Muses et de la Victoire, couronnant le buste de Louis XIV ».

L’œuvre a été sculptée, en 1808 seulement, pâr François Lemot ; et son buste de Napoléon I » a été remplacé à la Restauration par celui de Louis XIV, mais on a ( oublié » d’effacer les emblèmes impériaux qui ornaient le bouclier de Minene. De toute façon, ces menues modifications ne changent en rien.

interprétation :

Minerve, la Mère de tout, la dispensatrice du Savoir (les Muses ) et de la Puissance (1a Victoire), une des manifestations antique d’isis, orne des lauriers de la gloire le front du dieu solaire représenté ici par un de ses avatars terrestres :

Le Roi Soleil ou L’Empereur apollinien.

Le Mutus Liber de la Cour Carrée

Suivons la course vers I’Occidcnt du dieu Soleil et pénétrons maintenant dans la Cour Carrée. Au grand fronton de la façade est, le visiteur qui n’a pas peur d’être bousculé par les touristes pressés et de souffrir des affres du torticolis, pourra admirer. en levant la tète, une composition de Guillaume II Coustou remaniée pendant l’Empire.

Un superbe coq aux ailes déployées est enfermé dans un Ouroboros rayonnant. L’oiseau solaire annonciateur de l’aube naissante d’une nouvelle ère, est sous la protection de Janus, l’antique dieu de l’Initiation et du Temps, dont le serpent qui se mord la queue est le hiéroglyphe . Coq et serpent hermétiques remplacent

ainsi, depuis près de deux cents ans. les armes ro-va1cs de France et annoncent à ceux qui savent – et qui veulent bien lever les yeux au ciel – l’aube d’une ère Nouvelle

Lire la suite ( inclus dans le PDF ci-dessous ) 

Guide du Paris Esoterique – itineraire maconniques, esoterique et gnostiques dans la capitale

– Chapitre II : Du Louvre à l’Etoile :

du temple d’Apollon à l’autel de Mâ-8e11one……………………….p.27

– Chapitre III :

Promenade ésotérique sur les rives de la Seine ……p.43

– Chapitre IV : Le cimetière du Père-Lachaise :

le royaume des morts sur le balcon de Paris.. ……..p.59

Chapitre V : Du Triomphe de la République

à la déconfiture de la Biblioü.que François Minerrand……….p.77

Chapitre VI : Promenade sur I’axe du monde …..p.91

Chapitre \rII : Montparnasse,

voyage au pied de la montagne du dieu solaire ..p.111

Chapitre VIII : De la pyramide à la Tour de Babel

en passant par l’arche d’alliance et l’île des morts ……………..p.127

Une arche d’alliance dans Ic XV’anondissement. l-e Parc Gcorgcs Brassens ; encore un parc à fabriques

Chapitre IX :

Des colonnes du Temple au fantôme du Temple……………..p.133

Chapitre X :

Des berges de la Seine aux rives du Nil ………….p.147

Chapitre XI :

L’ombre de l’Ordre du Temple et l’or des alchimistes……….p.159

Voir aussi :

Le 14 juillet - une fete maconnique

Faite davantage de recherches et partagez ce savoir à vos proches.

Paix et sincérité à tous !

Eveil-delaconscience