Nikola Tesla et L’énergie libre

Je vous partage ici, des documents ainsi que les divers brevets de Nikola tesla issue directement de mes propres recherches.

Sommaire

  • introduction
  • Les inventions de Nikola Tesla
  • Les Projet Gouvernementaux issus des travaux de Nikola tesla
  • Nikola Tesla Selon Wikipédia

introduction

Avertissement : ce qui est présenté ( «ci après» ) nous démontrent bien qu’entre une information et une divulgation, il y a toujours un laps de temps. Les médias, les scientifiques, ainsi que vos gouvernement vous disent tous les jours que nous sommes en crise et incapable de créer de l’énergie gratuite qui pourrait servir à l’ensemble de la population terrestre… Est-ce une plaisanterie ??

L’énergie libre, les moteurs à eaux, les diverses applications sur l’énergie libre, existe depuis les années 1940. Il serait grands temps d’entreprendre ce que nos prédécesseurs ont négligé. Ceci pour notre intérêt, notre santé, mais aussi pour nos futures générations. Pour davantage d’informations veuillez vous référez à ce qu’il sera cité dans cette article, dont  l’article que j’ai dédiés aux inventions et brevets effectués par Nikola et les États-unis.

Les inventions :

On peut y lire de nombreux brevets, qui pour la plupart, ont été développé entre 1860 et 1940 par Nikola tesla – dès sa naissance et son décès. Néanmoins, nous n’avons pas toutes les connaissances et brevets qu’il a développés pendant des années – nous pouvons seulement en entrevoir un morceau en faisant des recherches approfondies.

Je sais en outre, que les brevets et recherches sur l’énergie libre, ont été repris par les États-unis afin de pouvoir les appliquer dans de multiples projets militaires et futures recherches sur :

Les programmes terrestres et spatiaux – L’ANTI GRAVITÉ – ARMES À ONDES ÉLÉCTROAGNÉTIQUE – DRONE – ÉNERGIE LIBRE – CONTRÔLE MENTAL PAR LES ONDES – MAGNÉTO HYDRO DYNAMIQUE  – OVNIS – USAF – NORTHROPP GRUMMAN ETC…

Non pas dès la mort de Nikola tesla, mais dans les années ou il a étudier et a été financé par Édison puis trompÉ par ses financiers qui ne voulait pas perdre de l’argent, ils ont mis de coté ses brevets et les ont rachetés petit à petit en décréditant ses recherches. Une propagande bien organiser par ceux qui détiennent le monopoles du pétrole, des énergies avec des câbles électriques, qui sont là pour faire payer les populations qui utilisent ses ressources. Elle se conforme à n’avoir aucune autre technique pour alimenter leur foyers, leurs voitures ainsi que dans les taches du quotidien. JP Morgan et Edison font partie du complot – En évitant le courant alternatif, qui résoudrait de nombreux problèmes, les inventions sont oubliés et occulté par L’HISTOIRE car ils ont voulus effacer les idées nouvelles; lire les propos cités.

Principales inventions

Tesla est l’auteur d’environ 300 brevets dont beaucoup sont attribués à tort à Thomas Edison traitant de nouvelles méthodes pour aborder la conversion de l’énergie.

Les Projets Gouvernementaux issus des travaux de Nikola tesla :

  • Une Machine à tremblement de terre – Oscillateur de Tesla – Reciprocating engine – US514169A
  • Rayon x
  • Rayon de la mort « Death ray » / Teleforce est une arme défensive proposée par Nikola Tesla qui accélérait les boulettes ou les bouchons de matériau à une vitesse élevée à l’intérieur d’une chambre à vide via une répulsion électrostatique , puis les tirait hors des buses ciblées sur les cibles prévues. Tesla a affirmé l’avoir conçu après avoir étudié le générateur Van de Graaff .  Tesla a décrit l’arme comme pouvant être utilisée contre l’infanterie au sol ou à des fins anti-aériennes. En 1937, lors de sa conférence de presse d’anniversaire, Tesla a été interrogé sur son arme et a fait la déclaration suivante: « Mais ce n’est pas une expérience … Je l’ai construite, démontrée et utilisée. le monde. »  Lors de la conférence de presse de 1940, Tesla, 84 ans, a proposé de développer son arme pour les États-Unis, mais son offre n’a suscité aucun intérêt.

    Tesla a décrit le fonctionnement de Teleforce en 1934, en précisant sa supériorité sur les rayons de la mort qui existaient à l’époque:

    Mon appareil projette des particules qui peuvent être relativement grandes ou de dimensions microscopiques, ce qui nous permet de transporter sur une petite zone à une grande distance des milliards de fois plus d’énergie que ce qui est possible avec des rayons de toute nature. Plusieurs milliers de chevaux-vapeur peuvent ainsi être transmis par un courant plus fin qu’un cheveu, de sorte que rien ne résiste. « La buse enverrait des faisceaux concentrés de particules à travers l’air libre, d’une énergie si énorme qu’ils feront tomber une flotte de 10 000 avions ennemis à une distance de 200 miles de la frontière d’une nation en défense et fera tomber des armées sur leurs traces.

 

  • Projet HAARP – Modification du climat par ondes / Bernard eustland
  • HIPAS – LOFAR – USA
  • SURA EN RUSSIE* La version russe de la Tour de Tesla est située à environ 40 kilomètres de Moscou.
  • Philadelphie experiment
  • Projet Montauk
  • MK ULTRA
  • CONTRÔLE MENTAL PAR LES ONDES / TAVISTOK INSTITUT

Nikola Tesla Selon Wikipédia :

(serbe cyrillique : Никола Тесла), né le 10 juillet 1856 à Smiljan, Empire d’Autriche (aujourd’hui en Croatie), et mort le 7 janvier 1943 à New York, États-Unis,

Est un inventeur et ingénieur américain d’origine serbe, ayant principalement œuvré dans le domaine de l’électricité.Souvent considéré comme l’un des plus grands scientifiques dans l’histoire de la technologie, pour avoir déposé plus de sept cents brevets (qui seront pour beaucoup d’entre eux attribués à Thomas Edison) et avoir décrit de nouvelles méthodes pour réaliser la « conversion de l’énergie », Tesla est reconnu comme l’un des ingénieurs les plus créatifs de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Quant à lui, il préférait plutôt se définir comme un découvreur.

Ses travaux les plus connus et les plus largement diffusés portent sur l’énergie électrique. Il a mis au point les premiers alternateurs permettant la naissance des réseaux électriques de distribution en courant alternatif, dont il est l’un des pionniers. Tesla s’est beaucoup intéressé aux technologies modernes se focalisant sur l’électricité qui était le noyau de ses inventions. Il est connu pour avoir su mettre en pratique la découverte du caractère ondulatoire de l’électromagnétisme (théorisé par James Clerk Maxwell en 1864), en utilisant les fréquences propres des composants des circuits afin de maximiser leur rendement.

Son nom a été donné au tesla (symbole : T) qui est l’unité d’induction magnétique du Système international d’unités

Nikola Tesla

Invention :

  1. Radar
  2. Robotique
  3. Transmission à distance
  4. Radio
  5. Electricité alternative
  6. Lampe electroluminescente
  7. Lampe à gaz type néon
  8. Roue sans aube
  9. Energie « libre »
  10. Transfert d’énergie à distance
  11. Protection anti missile
  12. Modifier la météo

Il est l’auteur du moteur électrique asynchrone, l’alternateur polyphasé, le montage triphasé en étoile, la commutatrice.
Il aide Edison et fait en sorte que le courant continu fonctionne.
Il est le principal promoteur du transport de l’énergie électrique en courant alternatif.
En 1889 il s’intéresse à la haute fréquence et réalise un générateur fournissant une fréquence de 15 kHz.

Il expose en 1891, lors de démonstrations, sa lampe « haute fréquence » à pastille de carbone, plus économique que nos tubes fluorescents actuels et dont le concept préfigure celui de l’accélérateur à particules ou celui du microscope électronique.
À partir de 1896, en parallèle de Branly, il effectue des expériences de télécommande.

En se basant sur l’excitateur de Hertz, il met au point la bobine qui porte son nom et qui constitue un premier émetteur accordé à ondes amorties. Tesla définit les bases de la télé-automatique.

Il conçoit qu’on puisse un jour commander des véhicules à des centaines de kilomètres sans qu’il y ait d’équipage, en utilisant la télégraphie sans fil41. Il crée deux navires robots télécommandés dont un est submersible. Ses brevets de 1895 contiennent en réalité les spécifications d’un bateau torpille sans équipage muni de six torpilles de 4,20 mètres.
Expérimentation des gigantesques résonateurs à haute fréquence de 1899 à 1900 à Colorado Springs, en vue de la construction d’une tour de télécommunication à Wardenclyffe (Shoreham), Long Island.

Moteur à induction triphasé de Tesla

Nikola Tesla : Tesla_Wechselstromgenerator ( Moteur à induction triphasé de Tesla1 )

tesla+2

Les radiocommunications et la transmission par ondes :

Les théories de Tesla sur la possibilité de la transmission par onde radio remontent à des conférences et des démonstrations qu’il a réalisées en 1893 à Saint Louis dans le Missouri, au Franklin Institute en Pennsylvanie, et à l’National Electric Light Association (en). Il met au point notamment la bobine Tesla vers 1891, puis entre 1895 et 1898 un transmetteur à amplification.

Le radar :

Tesla découvre le principe du radar en 1900, le met au point et, malgré des problèmes financiers, publie les bases de ce qui deviendra, presque trois décennies plus tard, le radar.

Quinze ans après la description du radar par Tesla, des équipes de chercheurs américains et français travaillent parallèlement d’arrache-pied à mettre au point un système fonctionnant selon ses principes. En 1934, une équipe française met au point et installe des radars sur des bateaux et sur des stations terrestres en utilisant des appareils conçus selon les principes énoncés par Tesla.

Les robots télécommandés :

Tesla définit les bases de la télé-automatique. Il conçoit qu’on puisse un jour commander des véhicules à des centaines de kilomètres sans qu’il y ait d’équipage, en utilisant la télégraphie sans fil. Il crée deux navires robots télécommandés dont un est submersible.

Ses brevets de 1895 contiennent en réalité les spécifications d’un bateau torpille sans équipage muni de six torpilles de 4,20 mètres. Il affirme qu’un faible nombre de ces engins suffit pour « attaquer et anéantir une armada entière en une heure, et sans que l’ennemi puisse jamais localiser ni identifier la puissance qui le détruit ». Mais les conceptions de Tesla sont trop en avance pour l’époque et les responsables de la défense américaine considèrent son projet comme un rêve irréalisable qu’ils qualifient d’expérience de laboratoire. Tesla qui a tant œuvré pour inaugurer l’ère de l’automatisation, sent que le monde autour de lui n’est manifestement pas prêt.

Ses recherches le poussent notamment dans certaines bases de l’informatique : des inventeurs de la deuxième partie du XXe siècle qui voulaient déposer des brevets dans le domaine informatique, se sont aperçus que Tesla les avait précédés. « Je suis étonné par la répugnance qu’éprouvent les gens qui travaillent dans le domaine des ordinateurs à y reconnaître la priorité de Tesla, alors que MM. Brattain, Bardeen et Schockley ont été couverts d’honneurs pour l’invention du transistor, qui a fait des calculatrices électroniques une réalité physique. »

L’énergie gratuite :

C’est au cours de la conférence « Experiments with Alternating Currents of High Frequency » du 20 mai 1891 à l’Université Columbia de New York

Que Tesla envisage pour la première fois le concept d’énergie gratuite : « Dans quelques générations nos machines seront animées grâce à une énergie disponible en tout point de l’univers.[…] [En effet,] dans l’espace, il existe une forme d’énergie. Est-elle statique ou cinétique ? Si elle est statique, toutes nos recherches auront été vaines. Si elle est cinétique – et nous savons qu’elle l’est , ce n’est qu’une question de temps, et l’humanité mettra en harmonie ses techniques énergétiques avec les grands rouages de la nature. »

La voiture à énergie libre de Nikola Tesla :

Au cours de l’été de 1931, le Dr. Nikola Tesla fit des essais sur route d’une berline Pierce Arrow haut de gamme propulsée par un moteur électrique à courant alternatif, tournant à 1.800 t/m, alimenté par un récepteur de l’énergie puisée dans l’éther partout présent.

Pendant une semaine de l’hiver 1931, la ville de Buffalo, au nord de l’état de New York, USA, fut témoin d’un événement extraordinaire. La récession économique, qui avait ralenti les affaires et l’industrie, n’avait cependant pas diminué l’activité grouillante de la ville.

Un jour, parmi les milliers de véhicules qui sillonnaient les rues, une voiture de luxe s’arrêta le long du trottoir devant les feux à un carrefour. Un piéton observa cette toute nouvelle berline Pierce Arrow dont les coupelles de phares, d’un style typique de la marque, se fondaient joliment dans les garde-boue avant. L’observateur s’étonna de ce que, par cette fraîche matinée, aucune vapeur ne semblait jaillir du pot d’échappement ; il s’approcha du conducteur et, par la fenêtre ouverte, lui en fit la remarque. Ce dernier salua le compliment et donna comme explication que la voiture ne « possédait pas de moteur ».

Cette réponse n’était pas aussi saugrenue ni malicieuse qu’il n’y paraissait, elle comportait un fond de vérité. La Pierce Arrow n’avait, en effet, pas de moteur à explosion, mais un moteur électrique. Si le conducteur avait été plus disert, il aurait ajouté que ce moteur fonctionnait sans batteries, sans « combustible » d’aucune sorte. Le conducteur s’appelait Petar Savo, et bien qu’il fut au volant de la voiture, il n’était pas l’inventeur de ses caractéristiques étonnantes. Celles-ci étaient dues à l’unique passager, que Petar Savo désignait comme son « oncle », et qui n’était autre que ce génie de l’électricité :

le Dr. Nikola Tesla (1856-1943).

Vers 1890, Nikola Tesla révolutionna le monde par ses inventions en électricité appliquée, nous donnant le moteur électrique à induction, le courant alternatif (AC), la radiotélégraphie, la télécommande par radio, les lampes à fluorescence et d’autres merveilles scientifiques. Ce fut le courant polyphasé (AC) de Tesla, et non le courant continu (DC) de Thomas Edison, qui initia l’ère de la technologie moderne.

Loin de s’endormir sur ses lauriers, Tesla continua à faire des découvertes fondamentales dans les domaines de l’énergie et de la matière. Des décennies avant Millikan, il découvrit les rayons cosmiques et fut un des premiers chercheurs sur les rayons X, les rayons cathodiques et autres tubes à vide.

Mais la découverte la plus potentiellement significative de Nikola Tesla fut que l’énergie électrique pouvait être propagée à travers la Terre et autour de celle-ci dans une zone atmosphérique, appelée la cavité de Schumann, comprise entre la surface de la planète et l’ionosphère, à environ 80 km d’altitude.

Des ondes électromagnétiques de très basses fréquences, autour de 8 Hz, (la résonance de Schumann ou pulsation du champ magnétique terrestre), se propagent pratiquement sans perte vers n’importe quel point de la planète. Le système de distribution de force de Tesla et son intérêt pour l’énergie libre impliquaient que n’importe qui dans le monde pouvait y puiser, à condition de s’équiper du dispositif électrique idoine, bien accordé à la transmission d’énergie.

Ce fut une menace insupportable pour les intérêts des puissants distributeurs et vendeurs d’énergie électrique. La découverte provoqua la suppression de financements, l’ostracisme de l’establishment scientifique et le retrait progressif du nom de Tesla des livres d’histoire. En 1895, Tesla était une superstar de la science ;

en 1917 il n’était virtuellement plus rien et dû se contenter de petites expériences dans un isolement quasi total. Avec son étique silhouette dans son pardessus ouvert de style d’avant ’14, il annonçait ses découvertes et l’état de ses recherches aux journalistes lors de conférences de presse annuelles données à l’occasion de son anniversaire. C’était un mélange d’ego et de génie frustré. En 1931, Nikola Tesla eut soixante-quinze ans. Le magazine Times lui fit, dans un rare épanchement d’hommage médiatique, l’honneur d’un portrait à la Une et d’un article biographique. L’ingénieur scientifique vieillissant, dont la maigreur n’impliquait pas qu’il fût malade, avait les cheveux noirs luisants et le regard lointain d’un visionnaire.

Au début du 20e siècle, l’avenir s’annonçait brillant pour les automobiles électriques.

Les visionnaires comme Jules Verne prévoyaient des véhicules pourvus de batteries, mécaniquement simples, silencieux, inodores, faciles à conduire et moins agressifs que les voitures à moteurs à essence.

Pour démarrer ces dernières, il fallait prérégler manuellement l’alimentation et l’avance à l’allumage, pomper l’accélérateur et lancer le moteur à la manivelle. Dans un véhicule électrique, il suffisait de tourner la clef et d’appuyer sur l’accélérateur.

A une époque où les ateliers de réparation étaient rares, les électriciens pouvaient dépanner facilement un simple moteur à courant continu. Il n’y avait pas d’huile à changer, de radiateur à remplir, de pompes à carburant et à eau à nettoyer, de problèmes de carburateur, de pot d’échappement rouillé à remplacer, d’embrayage et de transmission à régler, ni de pollution !

Nikola tesla - Aeéronautoique US 1665114

La consommation de graisse et d’huile se limitait aux paliers du moteur électrique et à quelques roulements et articulations de châssis.
Les grands magasins utilisaient des camions de livraison électriques. Les médecins commencèrent à faire leurs visites à domicile en « électrique », plus facile à entretenir qu’un boghei et un cheval. Les dames adoptèrent la voiture électrique pour sa facilité de fonctionnement. Comme les batteries limitaient l’autonomie et la vitesse de ces véhicules, ils suscitèrent l’intérêt pour une utilisation urbaine.

Hors des villes, les routes d’Amérique étaient si rudimentaires qu’elles devinrent le domaine réservé des moteurs à explosion, plus autonomes, plus rapides et dont la qualité augmenta rapidement. C’est ainsi qu’une sorte d’âge d’or des voitures électriques perdura en Amérique, alors qu’elles tombaient dans l’oubli dans le reste du monde. Parmi la horde des fabriquants de véhicules électriques, les plus célèbres furent Detroit Electric, Columbia, Baker, Rauch & Lang, et Woods. Ils prospérèrent, dans leurs créneaux commerciaux respectifs, avec une gamme de modèles, souvent élégants et de bon style, de conduites intérieures.

Nikola tesla et l'énergie libre

Cependant le talon d’Achille de ces automobiles électriques était la faible capacité des batteries de type plomb acide, lourdes et dont le volume était acquis au détriment du rangement de bagages. Le poids nuisait à la maniabilité et à la performance, même par rapport aux normes de l’époque. Les voitures électriques ne pouvaient dépasser les 70 à 80 km/h et de telles vitesses déchargeaient rapidement les batteries ;

on ne pouvait maintenir des pointes de 57 km/h que de courts moments et les déplacements se faisaient généralement à 24 à 32 km/h. Il fallait recharger les batteries toutes les nuits et le rayon d’action ne dépassait guère les 160 km. Aucun fabriquant n’avait installé un générateur DC, ce qui aurait apporté un peu de recharge en décélération, augmentant légèrement l’autonomie.

Au temps de la gloire d’Edison, des promesses annonciatrices d’une percée novatrice dans le domaine des batteries furent lancées, mais restèrent sans suite. Tandis qu’augmentait la fiabilité et la vitesse des voitures à essence, les électriques perdirent la faveur du public et devinrent l’apanage réputé des gentlemen retraités et des petites vieilles dames. Le démarreur électrique des voitures à essence fut le dernier clou du cercueil de leur consœurs électriques.

Vint alors Nikola Tesla ;

Au cours des années 1960, un ingénieur aéronautique, Derek Ahlers, rencontra Petar Savo et se lia d’amitié avec lui. Au fil des dix années de leur relation, Savo parla de son illustre « oncle » Nikola Tesla et de ses exploits des années 1930. (bien qu’il ne fut pas son neveu, Savo le désignait comme son « oncle « car plus jeune que lui).

En 1930, Tesla invita son « neveu » à le rejoindre à New York. Savo, qui était né en Yougoslavie en 1899 et était donc de 43 ans le cadet de Tesla, avait été un pilote chevronné dans l’armée autrichienne, accepta avec enthousiasme l’occasion qui lui était offerte de quitter son pays natal, également celui de Tesla. Il partit ainsi pour l’Amérique et s’installa à New York. Ce fut en 1966 que monsieur Savo raconta, au cours d’une série d’interviews, le rôle qu’il joua dans l’affaire de la voiture électrique de Tesla.

L’ Arme à énergie dirigée de Nikola Tesla :

Tesla a fait des déclarations concernant une arme à énergie dirigée utilisant un accélérateur de particules, après avoir étudié le générateur de Van de Graaff. La presse l’appela le « rayon de la paix » ou « rayon de la mort ». Tesla décrivit l’arme comme étant capable d’être utilisée contre une infanterie terrestre ou contre des forces aériennes.Tesla donne la description suivante concernant le faisceau de particules chargées : «

[Le canalisateur pourrait] envoyer des faisceaux concentrés de particules dans l’air libre, et cette puissante énergie pourrait faire tomber une flotte de 10 000 avions ennemis à une distance de 200 miles de la frontière d’un pays qui se défend, et les ferait s’écraser raide mort sur leur pistes. »

Inventions de Nikola Tesla utulisés dans les Films :

Les inventions de Nikola Tesla jouent un rôle important dans la série télévisée Warehouse . L’arme principale des agents de l’entrepôt 13, un pistolet incapacitant électrique, est nommé d’après lui, son inventeur.
Dans la série de science-fiction Sanctuary de Damian Kindler, Nikola Tesla est un semi-vampire qui faisait partie d’un groupe de scientifiques qui, grâce à un sang de « sanguine vampiris », a réveillé son instinct de Vampire. Devenu « Maître Électricien », il est capable de contrôler tout objet électrique en plus de posséder un côté sombre vampirique doté d’une force et d’une rapidité à toute épreuve. En outre, il n’a rien perdu de son génie légendaire.
Nikola Tesla participe activement à plusieurs épisodes de la série télévisée Les Enquêtes de Murdoch.

Dans la série de politique-fiction XIII : La série

librement inspirée de la série en bande dessinée de William Vance et de Jan Van Hamme, la saison 2 (2012), éditée par Europacorp Télévision et Canal+, scénario de Roger Avary (co-scénariste de Reservoir Dogs, Pulp Fiction), est basée sur la recherche, le décodage, et l’utilisation de données écrites par Nikola Tesla dans trois lettres manuscrites, permettant la création et l’usage —

A priori pacifique — de l’énergie universelle pour maitriser le climat et la météo en n’importe quel point de la Terre ( Projet HAARP ).

Le projet est récupéré à des fins militaires par les États-Unis et la Chine. Certains passages des épisodes montrent Tesla parlant clairement de l’énergie gratuite mise à disposition des humains…

https://www.youtube.com/edit?o=U&video_id=dY-XMyJHq54

L’énergie libre

(appelée aussi énergie de Helmholtz) est, en thermodynamique, une fonction d’état extensive dont la variation permet d’obtenir le travail utile susceptible d’être fourni par un système thermodynamique fermé, à température constante, au cours d’une transformation réversible. Elle correspond à l’énergie libre de Helmholtz des anglo-saxons, qui préfèrent la symboliser par la lettre A.

n1photo

Cette fonction ne doit pas être confondue avec la fonction enthalpie libre G (énergie libre de Gibbs des anglo-saxons), qui s’applique aux systèmes évoluant à la température T et à pression constante (cas des réactions effectuées à l’air libre).

L’énergie libre est souvent utilisée dans l’étude des explosions qui induisent une variation de pression ou encore dans la calorimétrie à volume constant effectuée dans une bombe calorimétrique.

Néanmoins le rôle de la fonction F est beaucoup moins important en thermochimie que celui de la fonction enthalpie libre qui est la fonction phare, indispensable à l’étude des équilibres chimiques.

Cette fonction, qui n’est en fait rien d’autre que le logarithme de la fonction de partition, joue un rôle fondamental en physique théorique.

Vidéos

https://www.youtube.com/watch?v=8Dyc5Uqjwas&t=285s

https://youtu.be/fyPW1Jn9nPo

Quand les hommes cesseront de se mentir, ils cesseront de mentir aux autres. Ce sera le commencement de la véritable humanité.

Partagez ce savoir à vos proches en cliquant sur le bouton ci-dessous.

 

Paix et sincérité à tous !

Eveil-delaconscience