L’ex-patron des stups aurait fait entrer des tonnes de cannabis en France

1_L'ex-patron-des-stups-aurait-fait-entrer-des-tonnes-de-cannabis-en-France

Une enquête de « Libération » révèle les méthodes de l’ancien numéro 1 des stups français.

Un  » trafic d’état  » ?

Un témoignage publié par « Libération » met en cause l’ex-patron de la lutte antidrogue accusé d’avoir facilité l’importation en France de plusieurs dizaines de tonnes de cannabis.

Selon l’enquête du quotidien, François Thierry, ex-commissaire divisionnaire de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS), aurait ainsi joué un « rôle central » au bénéfice d’un présumé trafiquant de drogue, interpellé le 22 février en Belgique.

Un système bien rôdé qui pourrait désormais mettre en péril de nombreuses procédures judiciaires.

« J’ai été témoin d’un trafic organisé au plus haut niveau »

Le témoignage de cet ancien indic est exceptionnel.
Stéphane V. se présente à « Libération » comme un « infiltré » ayant effectué « plusieurs missions pour l’Etat » avec pour agent traitant François Thierry, ex-patron de l’Ocrtis (Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants).

Ce témoin, qui dit être inscrit comme informateur au Bureau central des sources en 2007, a été entendu par l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) et une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris à la suite de ce témoignage.

L’homme âgé de 52 ans, qui affirme avoir travaillé également pour l’agence antidrogue américaine (DEA), dénonce « les méthodes de l’Office des stups depuis des années » en France :

J’ai été témoin d’un trafic organisé au plus haut niveau, au motif de démanteler des réseaux […] de toute évidence, il y avait soit des complicités, soit une absence totale de contrôle.

Il raconte qu’entre mars et avril 2012, « François Thierry (lui) a demandé d’aller garder une villa à Estepona » en Espagne.

Là, « pendant vingt jours, cinq hommes se sont relayés pour charger et décharger des paquets de drogue sur la plage.
François Thierry me les a présentés comme des policiers français. J’en avais déjà vu certains à l’Ocrtis », affirme Stéphane V.

« Le cannabis arrivait du Maroc dans des Zodiac » et « en tout, 19 tonnes ont transité par la villa au cours de ce seuls séjour.
La drogue remontait vers la France par ‘go-fast’. Seule une partie des voitures étaient interceptées », ajoute le témoin.

Une « taupe » au somment du trafic

D’après l’enquête de « Libération », François Thierry, qui a récemment quitté ses fonctions à la tête de l’Ocrtis, aurait permis l’importation de plusieurs dizaines de tonnes de cannabis en France mais il aurait fait également fait bénéficier de sa protection un présumé trafiquant de drogue, interpellé le 22 février en Belgique.

Un individu « à la tête du troisième réseau d’Europe en termes de volume de trafic », selon un enquêteur spécialisé cité par « Libé ». Cet homme de 40 ans, était recherché dans l’enquête sur la prise record de sept tonnes de cannabis effectuée à Paris le 17 octobre 2015.

A l’époque, le coup de filet avait été salué en haut-lieu, et plus de 15 tonnes – issues du même lot – avait été saisies en quelques semaines. François Hollande s’était même déplacé au siège des douanes pour saluer le « coup fatal » porté aux trafiquants. Le numéro 1 des stups avait alors pu poser au côté de Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur, une routine pour ce super-flic habitué aux saisies record.

Sauf que les 15 tonnes ont permis de remonter rapidement vers un individu bien connu des services de police : Sofiane H., locataire d’un appartement parisien à 9.000 euros par mois – qu’il paie cash -, trafiquant notoire et… indic de l’Ocrtis, immatriculé en tant que tel au Bureau central des sources.

Selon « Libération », il a été recruté lors de son passage en prison en Espagne – en 2009 – comme informateur par François Thierry et a réussi à « s’imposer comme le plus gros trafiquant de l’Hexagone grâce à la protection » de l’ex-patron de l’Office central des stups.

Après son extradition en France, il avait même bénéficié d’une remise de peine exceptionnelle suivie d’une libération conditionnelle, une mesure « rarissime » selon « Libé ». Il était alors défendu par Anne Claire V., l’épouse de François Thierry.

Le trafic ↓

Jusqu’où l’Office central des stups était-il impliqué dans ce gigantesque scandale ? Et dans quelle mesure les magistrats ont-ils validé certaines procédures ? Un témoignage édifiant permet d’éclairer ce système de l’intérieur. Ancien indic de François Thierry, bien connu des autorités françaises, Stéphane V. a livré de nombreux éléments à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), chargée de l’enquête sur les méthodes des Stups. Il affirme notamment avoir été mandaté par François Thierry pour garder une villa à Estepona, dans le sud de l’Espagne, entre mars et avril 2012. Pendant près de trois semaines, a-t-il expliqué aux «bœufs-carottes», cinq hommes présentés comme des policiers français se relayaient pour charger et décharger sur la plage des dizaines de paquets remplis de drogue, récupérées sur des Zodiac venus du Maroc.

Au total, 19 tonnes auraient transité par la villa au cours de ce seul séjour. Une mission payée à Stéphane V. en cash par François Thierry. Il sera à nouveau sollicité plusieurs fois par le grand patron des Stups pour des opérations identiques, jusqu’en décembre 2014.

L.B. avec AFP

Lire la suite sur :

http://www.liberation.fr/france/2016/05/22/stups-ou-encore-le-patron-de-la-lutte-antidrogue-accuse-d-etre-au-coeur-du-trafic_1454417#

2_L'ex-patron-des-stups-aurait-fait-entrer-des-tonnes-de-cannabis-en-France

Remarque de L’auteur :

À juste titre, les personnes qui travaillent au gouvernement savent ( et ) font en sorte de toujours effacer cette situation ( qui elles peuvent déranger l’opinion publique). Les personnes qui parlent de complot ont raison de le faire car ceci n’est en aucun cas une théorie. Ceci est déjà arrivée dans le passé et arrivera encore dans le futur. Ceci ne concerne pas que la drogue ( mais tous les domaines à titre de financement, Pouvoir )

Michel Neyret,

( né en 1956, est l’ancien directeur-adjoint à la direction inter-régionale de la police judiciaire de Lyon) , à aussi expatrier de la drogues en France et n’a jamais été emprisonner pour cela.

Pour aller toujours plus loin :

Regarder comment Pablo Escobar a assujetti les pays à l’aide du financement des mafias ↓

Narcos saison 1 épisode 1 : Descenso

Narcos saison 1 épisode 2 : The Sword of Simon Bolivar

Voir tous les épisodes ici

http://www.films-regarder.com/load/narcos/343

Articles relatifs :

Rosario : le côté obscur de L’Argentine – Violence, Drogue et Football ?!

Le Pouvoir de la drogue dans la politique Mondiale – Moncomble Yann – PDF

Partager ce savoir à vos proches.

Quand les hommes cesseront de se mentir , ils cesseront de mentir aux autres. Ce sera le commencement de la véritable humanité.C’est ce que nous défendons.

Paix et sincérité à tous !

Eveil-delaconscience